Liens d'accessibilité

USA : un projet d’attentat contre New York et sa région déjoué


Les autorités américaines ont donné, samedi, des détails sur un complot meurtrier qui a été déjoué à New York. D'après les enquêteurs, quatre islamistes présumés, dont trois ont été arrêtés, voulaient tuer des milliers de personnes en faisant exploser notamment des canalisations de kérosène desservant l'aéroport international John F. Kennedy de New York, conduites qui passent sous des quartiers résidentiels dans le district de Queens.

Le kérosène provient de vastes dépôts de fuel dans l’état voisin du New Jersey, qui alimentent également en carburant plusieurs autres aéroports de la région métropolitaine de New York. «Les dégâts qu’aurait entrainé ce complot, s’il avait réussi, sont inimaginables», a affirmé Rosalynn Mauskopf, procureur de la ville de New York.

Les autorités fédérales précisent que leur enquête a débuté en janvier 2006, avec l’aide d’un indicateur. Parmi les personnes arrêtées: Russel Defreitas, ancien employé de l’aéroport John F. Kennedy, un citoyen américain originaire de Guyana qui devrait comparaître en justice mercredi, selon des procureurs.

Deux autres suspects ont été interpellés à Trinité-et-Tobago dans les Antilles et seront probablement extradés vers les Etats-Unis, a annoncé la police trinidadienne. L’un d’entre eux est un certain Abdul Kadir, un ex-député de Guyana, qui a été pendant un certain temps maire de la ville de Linden dans ce pays d’Amérique du Sud. Un quatrième suspect est en fuite.

Certains des comploteurs présumés seraient liés de longue date au groupe extrémiste islamiste trinidadien Jamaat-al-Muslimeen, auteur d'une tentative avortée de coup d'État à Trinité-et-Tobago en 1990. Ce complot n’aurait jamais dépassé le stade des préparatifs.

Les autorités américaines font néanmoins valoir qu’elles ne comptent pas relâcher leur vigilance. Selon le directeur adjoint du FBI, John Miller, qui s’exprimait sur la chaîne de télévision ABC, le réseau al-Qaïda sert d’inspiration à d’autres groupes terroristes, même s’il n’a pas de lien direct avec le projet d’attentat déjoué contre l’aéroport John F. Kennedy.

«Je pense qu’al Qaïda œuvre à deux niveaux : le réseau continue de préparer de vastes attaques spectaculaires, quelque chose du genre 11 septembre, ou similaire. Et en même temps, le groupe mène une puissante propagande dans le but de pousser ceux qui pensent avoir les moyens d’agir de leur propre chef à le faire », a déclaré John Miller.

L'annonce, samedi, du démantèlement du complot contre l’aéroport John F. Kennedy a lieu quelque trois semaines après l'arrestation, le 8 mai, de six présumés islamistes accusés d'avoir tenté d’organiser une attaque contre la base de Fort Dix dans le New-Jersey. L’opération visait à tuer un maximum de militaires dans cette installation.

XS
SM
MD
LG