Liens d'accessibilité

Burundi: La justice à la portée des plus vulnérables


Les citoyens burundais ont désormais l’option d’obtenir des conseils et parfois même des services d’un avocat dans les cliniques juridiques. Un projet financé par Belgique et l’Union européenne vise à multiplier de telles cliniques et L’ONG de défense des droits de l’Homme Global Rights, basée ici à Washington, appuie dans ce sens les ONG burundaises. Il s’agit de « services d’écoutes, conseils, orientation, médiations qui sont offerts bénévolement aux personnes les plus vulnérables dans les zones rurales du Burundi », a expliqué Louis-Marie Nindorera, directeur de Global Rights-Burundi.

« Les gens sont souvent sans recours devant les injustices ; même devant les conflits, ils n’aiment pas trop aller devant les tribunaux parce qu’ils jugent les procédures trop longues, trop coûteuses; ils n’ont parfois pas confiance dans les instances judiciaires », a souligné M. Nindorera. Dans les localités où les cliniques judiciaires sont implantées, on assiste à l’émergence de leaders apportant un appui aux communautés dans la résolution des conflits, notre le directeur de Global Rights-Burundi.

Selon Louis-Marie Nindoresa, les autorités judiciaires accueillent favorablement le travail des cliniques juridiques qui contribuent à désengorger les structures judiciaires. Il arrive que les instances judiciaires réfèrent des cas aux cliniques judiciaires, a-t-il dit, ajoutant que dans certains cas, les cliniques sont obligées d’envoyer les parties en conflit devant les tribunaux.

XS
SM
MD
LG