Liens d'accessibilité

Nigeria : Les chantiers d’Umaru Yar’Adua


La journée était calme mercredi à Lagos, au lendemain de l’investiture du nouveau président, Umaru Yar’Adua. Les Nigérianes et les Nigérians vaquaient tranquillement à leurs occupations quotidiennes. « Il reste aux hommes politiques à trouver ce qu’ils vont manger », déclare Tundunu Amusu, vice-recteur de l’université de Lagos. M. Amosu prédit par la même occasion que bon nombre d’opposants finiront par « aller à la soupe. »

Certes, le président du Nigeria est un homme puissant, ayant à sa disposition d’avantages non négligeables dont il peut faire bénéficier qui il veut, note Tundonu Amosu. Et pourtant, de l’avis du vice-recteur de l’université de Lagos, Umaru Yar’Adua serait plutôt un homme à plaindre. Le nouvel homme fort d’Abuja souffre, dit-il, d’un déficit de crédibilité. Comble de paradoxe, «il doit d’abord prouver qu’il a été élu » assène Tundonu Amosu.

Il va lui falloir aussi résoudre le problème du Delta du Niger, faute de quoi, la manne pétrolière pourrait rapidement tarir, s’attaquer aux problèmes d’infrastructures, à ceux de l’éducation et de la pauvreté, explique l’universitaire nigérian, ajoutant que la lutte contre la corruption constitue un autre chantier. Le nouvel homme fort au pouvoir à Abuja a, dit-on dans certains milieux les mains propres. Mais, observe le vice-recteur Koundonou, « quand on vit entouré de voyous, il est très difficile de clamer son innocence. »

XS
SM
MD
LG