Liens d'accessibilité

Darfour: Nouvelles sanctions américaines contre Khartoum


Le président George W. Bush a annoncé de nouvelles sanctions très fermes des Etats-Unis contre le gouvernement soudanais. L’objectif est de mettre fin à l’effusion de sang dans la région soudanaise du Darfour. Le peuple du Darfour souffre depuis trop longtemps à cause de la complicité du gouvernement dans des bombardements, des meurtres et le viol de civils innocents, a déclaré M. Bush mardi, à la Maison Blanche, en annonçant le renforcement des sanctions américaines contre le Soudan.

La nouvelle mesure interdit désormais aux Américains d’avoir des relations d’affaires avec 31 compagnies ayant des liens avec Khartoum. Certains Soudanais jugés responsables des violences au Darfour sont également visés. « Ces sanctions isoleront les personnes en question, en les séparant du système financier américain en les empêchant de traiter avec des ressortissants ou des sociétés américaines, et en pointant l’attention du monde sur leurs crimes », a expliqué le chef de l’exécutif.

Pour Jennifer Cooke, directrice-adjointe du programme Afrique du Centre des études internationales et stratégiques de Washington, les nouvelles sanctions toutes seules ne constituent pas « une formule magique » qui transformerait la politique du gouvernement de Khartoum.

Toutefois, elles font plutôt partie d’une campagne plus étendue de pression sur le gouvernement soudanais, a souligné Mme Cooke en faisant remarquer que les pays européens chercher à amener les Chinois à jouer un rôle plus actif auprès de Khartoum pour faire changer la situation au Darfour. « Il ne faut pas oublier qu’à la fin, la solution au Soudan viendra des négociations politiques, pas au plan militaire, » a-t-elle dit, soulignant que rien, pour l’heure, ne garantit un tel résultat.

Le gouvernement soudanais condamne les nouvelles sanctions américaines, en les qualifiant d’injustifiées. La Chine, importante partenaire commerciale du Soudan, a eu une réaction similaire. Le gouvernement a donné son feu vert aux première et deuxième étapes du plan de déploiement d’une force hybride ONU-Union au Darfour et examine, en ce moment, la proposition du secrétaire général Ban Ki-moon concernant la troisième étape, a indiqué Dr Sadek el Magli, un responsable du ministère soudanais des Affaires étrangères.

XS
SM
MD
LG