Liens d'accessibilité

RDC : Louise Arbour suggère de répertorier les crimes commis entre 1993 et 2003


La lutte contre l’impunité est l’un des principaux sujets des entretiens de la haut-commisaire des Nations unies aux droits de l’Homme, Louise Arbour, avec le président de la RDC, Joseph Kabila, et d’autres responsables congolais. Mme Arbour a souligné la nécessité de faire la lumière sur la décennie 1993-2003, période pour laquelle la Cour pénale internationale n’est pas compétente. « La première étape consiste à cartographier ou inventorier les exactions, les violations très graves du droit international humanitaire pendant cette décennie », a-t-elle déclaré.

La haut-commissaire, qui a visité la prison centrale de Kinshasa, a déploré les nombreuses détentions sans jugement ; une situation qui contribue, dit-elle, à la surpopulation des prisons. Louise Arbour a appelé à « une réforme non pas de l’appareil judiciaire, mais du concept même de la justice : justice pour les femmes, justices pour les pauvres, justices pour les détenus. » Elle a fustigé l’amnistie dont ont bénéficié certains chef de guerre congolais dans le cadre de la politique de réconciliation nationale.

Des Congolais interrogés par notre correspondant Eddy Isango disent qu’ils attendent beaucoup de l’action de l’ONU. Les associations de défense des droits de l’Homme se félicitent pour leur part que Mme Arbour ait évoqué les crimes commis avant la mise sur pied de la Cour pénale internationale.

XS
SM
MD
LG