Liens d'accessibilité

USA: Le président poursuit son plaidoyer pour une réforme de l’immigration


Le président George W. Bush n’a pas renoncé à son projet de réforme des procédures régulant l’immigration aux Etats-Unis, malgré les efforts des adversaires de cette initiative.

Mardi, les sans-papiers se sont mobilisés à travers le pays, notamment à New York, Chicago, Miami et Washington, pour demander qu’on les traite avec équité et justice. A la même date l’année dernière, un demi-million de personnes étaient descendues dans les rues de Los Angeles en Californie. Cette année, le maire de la ville, Antonio Villaraigosa, a demandé aux élèves de ne pas répondre à l’appel au boycott des cours lancé par certains militants.

On chiffre à environ douze millions le nombre d’immigrants en situation irrégulière dans le pays. Le président Bush souhaite régulariser leur situation, mais le Congrès y est réticent. Dans un discours, la semaine dernière, aux élèves de Miami Dade College, une université de Floride, Etat où l’on recense l’une des plus importantes communautés d’immigrés du pays, M. Bush a réitéré son appel aux parlementaires pour qu’ils l’aident à forger un nouveau compromis sur l’immigration.

«Nous avons besoin d’un système où nos lois seront respectées. Nous avons besoin d’un système réponde aux besoins légitimes de notre économie, et qui traite les gens avec dignité en aidant les nouveaux-venus à intégrer dans notre société», a déclaré le président Bush.

En 2006, des députés républicains ont bloqué une tentative à la Chambre des représentants pour adopter une réforme globale de l’immigration. Le projet de loi prévoyait notamment un programme de «travailleurs invités» et des mesures octroyant la citoyenneté américaine à certains illégaux. En fin de compte, les parlementaires n’ont approuvé qu’une mesure limitée portant sur des mesures de sécurité frontalière.

M. Bush n’est pas contre, mais il préconise l’intégration de telles mesures à un projet de loi plus vaste, comprenant non seulement le programme de «travailleurs invités» mais aussi des mesures pour légaliser le statut des quelques douze millions de sans-papiers. «Nous devons traiter conjointement tous les volets du problème, sinon aucune des questions en suspens ne sera résolue» a expliqué le président Bush.

Le chef de l’exécutif américain reste optimiste. Il pense avoir gagné du terrain au Congrès. Le leader de la majorité au Sénat, le démocrate Harry Reid, a annoncé qu’un débat sur l’immigration aurait lieu à la chambre haute dans les mois à venir. Idem à la Chambre des représentants où les députés doivent discuter de la question ce mois-ci.

XS
SM
MD
LG