Liens d'accessibilité

USA: l’Irak a dominé le premier débat entre candidats démocrates


La campagne pour les présidentielles américaines de 2008 bat son plein côté démocrate. Le premier débat télévisé entre les 8 prétendants démocrates à la Maison Blanche a eu lieu jeudi dernier. Pendant une heure et demie, les 7 hommes et une femme qui briguent l’investiture du parti ont présenté leur programme dans un auditorium du campus universitaire d'Orangeburg en Caroline du Sud, Etat clé des primaires.

Tous ont dénoncé la politique menée par le président George W. Bush en Irak, et réclamé un retrait des troupes de ce pays. Ils ont également abordé d’autres thèmes, notamment la couverture médicale, le terrorisme et la politique étrangère des Etats-Unis. La sénatrice de l’Etat de New York Hillary Clinton a déclaré que si elle est élue, elle sortirait les Etats-Unis de l’Irak.

Mais l’ancien sénateur John Edwards a appelé Madame Clinton et tous ceux qui avaient voté au Congrès pour autoriser le recours à la force contre Saddam Hussein à « réfléchir » sur leurs actes ; une allusion au fait que M. Edwards, qui avait approuvé fin 2002 l'entrée en guerre, tout comme Mme Clinton, a depuis présenté des excuses, ce qui n’est pas le cas de la sénatrice.

« La Sénatrice Clinton et quiconque a voté pour cette guerre doit procéder à un examen de conscience et décider s’ils avaient pris la bonne décision », a affirmé M. Edwards. Ce à quoi Madame Clinton a rétorqué que si elle avait su à l’époque ce qu’elle a appris depuis, elle aurait voté différemment.

Marquant sa différence avec Mme Clinton, le sénateur Barack Obama de l’Illinois - qui n'était pas encore membre de la chambre haute à cette époque - a tenu, lui, à préciser qu'il était « fier » de ne pas avoir participé au vote du Congrès en faveur de l'invasion. Il a, lui aussi, appelé au départ des forces américaines d’Irak. « Quand j’écoute les mères et les pères à travers le pays, ils me disent qu’il est temps pour nous de revenir à la maison », a souligné M. Obama.

Toujours selon M. Obama, les Etats-Unis devraient aussi s’impliquer pour aider à résoudre le conflit israélo-palestinien. Il faudrait également que Washington s’intéresse davantage à la montée en puissance de la Chine, mais en voyant dans ce pays davantage un rival économique plutôt qu’un ennemi, a ajouté le sénateur de l’Illinois.

Parmi les autres candidats démocrates moins en vue: Le sénateur Christopher Dodd du Connecticut, le Sénateur Joe Biden du Delaware, le gouverneur du Nouveau-Mexique Bill Richardson, l’ancien sénateur de l’Alaska Mike Gravel et le député Dennis Kucinich de l’Ohio. Ironie du sort: les sondages restent favorables à un dirigeant démocrate qui, pour l’instant, n’est pas candidat à la présidence en 2008. Il s’agit d’Al Gore, l’ancien colistier du président Bill Clinton.

Pour l’instant, Al Gore dit toujours qu’il ne sera pas candidat en 2008, mais certains de ses partisans espèrent qu’il changera d’avis. A noter qu’en 2008, nombre de primaires auront lieu plus tôt que d’habitude. Traditionnellement, deux États donnaient en janvier le départ officiel de la course à la présidentielle de novembre: l’Iowa et le New Hampshire. Mais pour 2008, le Nevada s’est intercalé entre ces deux États. Et puis la Californie, l’un des États qui pèse le plus de par sa population, a fixé ses primaires au 5 février.

XS
SM
MD
LG