Liens d'accessibilité

USA : Le conseiller politique du président  Bush visé par une nouvelle enquête judiciaire


L’agence fédérale chargée d'examiner les plaintes des fonctionnaires en matière de discrimination a décidé d’ouvrir une enquête qui pourrait remonter jusqu’à Karl Rove, conseiller politique du président Bush. Le directeur de l’Office of Special Counsel, c’est à dire le Service du procureur spécial, Scott Bloch, a déclaré à la presse que cette enquête porte sur les allégations selon lesquelles des employés fédéraux auraient fait l’objet de pressions politiques de la Maison Blanche.

L’enquête vise notamment l’équipe de Karl Rove, le stratège du président George W. Bush, artisan non seulement de ses deux mandats à la Maison Blanche, mais également de diverses victoires électorales des républicains. Les collaborateurs de Rove auraient fait pression sur certains fonctionnaires pour qu’ils soutiennent des candidats républicains aux élections législatives de 2008.

Or le Hatch Act, la loi Hatch adoptée il y a 68 ans, soumet le personnel de l'administration américaine - notamment celui du gouvernement fédéral - à des règles très strictes. Si ces fonctionnaires peuvent personnellement contribuer à la campagne d'un candidat, en dehors de l'exercice de leurs fonctions, ils ne sont pas éligibles. Les restrictions sont considérables puisque l'affichage ostentatoire d'intentions partisanes dans l'exercice de leurs fonctions, qui est prohibé par la loi, va jusqu'au port d'épinglettes.

L’Office of Special Counsel va également examiner l’usage fait par le Parti national républicain du système de courriels de la Maison Blanche. Il s’agit de déterminer si l’administration Bush a exercé une influence indue sur les décisions politiques prises par des fonctionnaires. Scott Bloch compte aussi se pencher sur la controverse concernant la révocation, par le ministre de la Justice Alberto Gonzales, de 8 procureurs fédéraux, officiellement pour «manque de résultats» en décembre dernier.

Les membres démocrates du Congrès ont estimé que ces révocations sont des manœuvres politiques susceptibles de ternir le système judiciaire américain. M. Bloch s’intéresse plus particulièrement au cas du procureur David C. Iglesias du Nouveau-Mexique. Une enquête sénatoriale a montré que le sénateur républicain de l’État, Pete V. Domenici, avait téléphoné à M. Gonzales pour se plaindre du procureur avant son limogeage, lui reprochant, entre autre, de ne pas avoir engagé de poursuites pour les fraudes électorales dont on accusait les démocrates.

XS
SM
MD
LG