Liens d'accessibilité

Les Etats-Unis endeuillés par la pire fusillade de leur de histoire


Le drame est survenu lundi,, sur le campus de l’université Virginia Tech en Virginie, sur la côte est des Etats-Unis. La tuerie a fait 33 morts, dont le forcené. Au Congrès, la Chambre des représentants et le Sénat ont observé une minute de silence.

Le président George W. Bush et son épouse Laura se sont rendus mardi à Virginia Tech pour assister à une cérémonie d'hommage aux victimes de la fusillade. Lundi, le chef de la Maison Blanche s'était dit « horrifié », ajoutant que cette tragédie affectait chaque étudiant des Etats-Unis. « Notre nation partage le chagrin de ceux qui ont perdu des êtres chers à Virginia Tech. Nous les avons inclus dans nos prières », a déclaré le président Bush.

L’auteur de la fusillade était un étudiant de 23 ans, originaire de Corée du Sud, Cho Seung-Hui, a annoncé la police. Selon un camarade de classe, il s’agissait d’un jeune homme solitaire, secret, qui évitait de regarder quiconque dans les yeux et ne répondait pas lorsqu’un professeur lui adressait la parole. Il était arrivé aux Etats-Unis en 1992 et résidait officiellement dans la banlieue de Washington, D.C., la capitale, même s’il vivait dans un dortoir de l’université.

En début de journée lundi, Cho Seung-Hui a donc abattu deux personnes dans un dortoir avant de disparaître. Il est revenu deux heures plus tard pour recommencer, tuant 30 nouvelles victimes et faisant 15 blessés. Deux précises qui ont motivé Cho Seung-Hui, étudiant en dernière année de licence d'anglais. Les medias affirment que Cho a laissé un long message décousu, et une liste de plaintes, dans laquelle il fustige notamment les « gosses de riches ».

Entre temps, la polémique au sujet de la fusillade s’amplifie. Certains étudiants et parents accusent les responsables de l’université d’avoir trop tardé à les prévenir et de n’avoir pas fermé le campus immédiatement après les deux premiers assassinats en début de journée. Selon le président de Virginia Tech, Charles Steger, les autorités universitaires, tout comme la police, ont cru à une fusillade isolée motivée par une querelle privée et ont pensé que le tueur avait quitté les lieux. L'université de Virginia Tech compte 26.000 étudiants et personnel, dont 1.400 étrangers et environ 300 Coréens.

Les dirigeants étrangers ont présenté leurs condoléances au peuple américain. Le Pape Benoît XVI a dit prier pour les victimes de cette « tragédie insensée » et leurs familles. Le président sud-coréen Roh Moon-Hyun a, de son côté, exprimé l’espoir que les blessés se rétabliront rapidement. Un porte parole du ministère sud-coréen des affaires étrangères a dit espérer que la tragédie ne suscitera pas des actes de vengeance contre des ressortissants sud-coréens installés aux Etats Unis.

Certains responsables politiques et médias étrangers, le Premier ministre australien, John Howard, en tête, ont dénoncé la "culture des armes à feu" aux Etats-Unis. M. Howard a fait adopter une législation sévère sur la détention d'armes à feu après une fusillade à Port Arthur, sur l'île de Tasmanie en 1996. Un homme armé d'un fusil semi-automatique avait abattu 35 personnes.

A la Maison Blanche, des reporters ont interrogé la porte-parole du président Bush, Dana Perino, sur la politique de l’administration en la matière. Madame Perino a répondu que le président Bush croit toujours au droit de chaque citoyen de détenir des armes ; un droit qui remonte à la création des États-Unis et à la guerre d'indépendance, et qui est inscrit dans le deuxième amendement de la Constitution adopté en 1791. « Si la politique du président change, nous vous le ferons savoir” a déclaré Mdme Perino, en faisant valoir que sous l’administratioèn Bush, le ministère de la justice a appliqué toutes les lois sur le port d’armes à feu, en s’assurant que les auteurs d’infractions soient poursuivis.

La tuerie de l'Université de Virginia Tech est la pire depuis celle de Columbine, dans le Colorado, qui avait déjà traumatisé le pays en 1999, quand deux lycéens avaient tué 12 élèves et un professeur avant de se suicider. En octobre dernier, un homme a abattu 5 fillettes et blessé 5 autres, dans une école amish de Pennsylvanie, avant de se suicider à l'arrivée de la police.

XS
SM
MD
LG