Liens d'accessibilité

USA: La rude course aux fonds électoraux


Les lois américaines font obligation aux candidats à la présidence de révéler les montants collectés pour le financement de leur campagne électorale. On vient ainsi d’apprendre que la sénatrice démocrate de New York, Hillary Clinton, a réussi à récolter 26 millions de dollars au cours du premier trimestre 2007. Un montant trois fois supérieur à tout autre acquis à ce stade de la compétition dans le passé, indique son état-major de campagne.

Lors de la dernière présidentielle, le candidat démocrate Al Gore avait recueilli à la même époque 8,9 millions. Or John Edwards, un concurrent de madame Clinton lui aussi bien placé dans la course aux millions, dispose aujourd’hui de 14 millions de dollars. Ces fonds ne représentent cependant qu’une infime fraction des financements dont chaque candidat aura besoin pour la campagne présidentielle en cours.

Le candidat Barack Obama, qui occupe la seconde position dans les sondages au titre du parti démocrate, n’a pas encore publié ses comptes. Mais côté républicain, l’ex-gouverneur du Massachussets Mitt Romney a collecté 23 millions de dollars pendant le premier trimestre. Et son rival Rudy Giuliani, l’ancien maire de New-York, 15 millions.

En incluant les 10 millions de dollars non dépensés pendant sa dernière campagne sénatoriale, Hillary Clinton pourrait se retrouver avec un pactole de 36 millions de dollars en tout, soit près de 18 milliards de francs CFA. La campagne sénatoriale lui a coûté 37 millions de dollars l’an dernier. Outre les espèces sonnantes et trébuchantes, les candidats sont à la recherche du soutien de certaines catégories sociales.

C’est ainsi que Mme Clinton a reçu l’appui de la plus importante association féministe aux Etats-Unis, la National Organization for Women.Le 28 mars, elle est allé solliciter les faveurs de la convention des travailleurs du bâtiments. Barak Obama était là lui aussi . « Il est temps, a dit le sénateur de l’Illinois, que l’Amérique se dote d’un programme universel d’assurance-maladie. Et je prends l’engagement de faire en sorte qu’avant la fin de ma présidence, tout américain bénéficie de cette couverture » avait-il déclaré.

John Edwards occupe la 4è position chez les démocrates. Son épouse Elizabeth a récemment découvert qu’un cancer dont elle se croyait guéri est revenu en force. John Edwards compte rester quand-même dans la course à la présidence. « La réalité est que les soins coûtent cher et mon plan de d’assurance maladie va coûter entre 90 et 120 milliards de dollars par an. Je compte le financer en annulant les réductions d’impôt consenties aux riches par George Bush», a déclaré le sénateur Edwards.

John Fortier de l’Américan Enterprise Institute de Washington prévoit que Barak Obama va jouer un rôle important dans cette présidentielle. « J’ai l’impression que Hillary Clinton remportera les primaires. Mais s’il ne restait qu’elle et Obama à l’issue des primaires, les démocrates pourraient décider qu’il est, lui, le mieux indiqué pour être leur porte-étendard malgré son manque d’expérience, parce qu’il est plus pur et qu’il était opposé dès le départ à la guerre en Irak », a souligné monsieur Fortier.

XS
SM
MD
LG