Liens d'accessibilité

USA : La crise de l’immobilier résidentiel


De nombreuses familles américaines ont de plus en plus de mal à garder leurs maisons achetées à crédit. Les médias affirment que des millions d’Américains sont menacés de fortes augmentations de leurs dépenses mensuelles pour le logement, en raison de la hausse des taux d’intérêts hypothécaires. Les experts prédisent un nombre record de faillites et de saisie de propriétés immobilières par les banques qui ont prêté de l’argent aux consommateurs pour l’achat de résidences.

La hausse effrénée des prix de l’immobilier ces dernières années a encouragé de nombreux organismes de crédit à être moins regardants pour l’octroi de prêts hypothécaires. Une nouvelle catégorie de prêts appellés « subprime lending », les prêts consentis à des clients à risques, peu solvables, a pris son essor pendant cette période. C’est ainsi que des millions d’Américains sans épargne, qui n’avaient pas un accès facile au crédit, ont pu acheter des maisons en se pliant à des conditions financières draconiennes, notamment des taux d’intérêts variables à la hausse. Malheureusement, beaucoup d’entre eux n’arrivent plus à payer leurs traites mensuelles.

Et comme le prix des maisons particulières n’augmente pratiquement plus ces jours-ci, en raison du danger posé par ces millions de propriétaires en difficultés, leur rêve de posséder leur maison et d’être maîtres chez eux est devenu maintenant un cauchemar. Chris et Amy Wood, un couple d’américains confronté à ce problème dans une petite localité de l’état de Caroline du Nord. Suite à la baisse des prix de l’immobilier, la maison des Wood vaut actuellement moins que lorsqu’ ils l’ont achetée. Ils veulent la vendre, mais ils ne peuvent le faire qu’à perte. « Mon manque à gagner est de l’ordre de 15 à 20 000 dollars. Un déficit....pas un profit. Je ne peux rien faire de cette maison à moins que je ne dépense entre 15 à 20 000 dollars au comptant, pour la vendre », souligne-t-elle. Un autre couple, les Tingley, sont dans la même situation. Ils ont acheté la maison de leur rêve, il y a 6 ans.....Mais suite à la hausse des taux d’intérêts, leurs traites mensuelles ont augmenté de plus de 20%. « Nous vivons de beurre de cacahuète et de gelée pour arriver à payer les prêts hypothécaires. Et nous arrivons heureusement à tenir le coup. Mais beaucoup de voisins n’ont pas eu cette chance », déclare madame Tingley.

Au total, 77 des 406 familles habitant la localité ont déjà perdu leur maison; un désastre dû au laxisme des institutions locales de crédit, qui ont prêté à tour de bras à des débiteurs carrément insolvables, - fait observer le journaliste Binya Appelbaum du quotidien Charlotte Observer Il y avait des maisons qu’on pouvait acheter pour un versement initial d’un dollar.

Le résultat selon les experts, des millions d’américains à faibles revenus sont menacés de perdre leur maison. Un danger reconnu par le président de la FED, la banque centrale américaine. Ben Bernanke a déclaré ce mercredi que les problêmes actuels sur les marchés hypothécaires ont fait du tort à beaucoup de familles. Mais il dit aussi ne pas s’attendre à ce que ces difficultés compromettent la croissance de l’économie américaine.

XS
SM
MD
LG