Liens d'accessibilité

USA : L’Eglise épiscopalienne américaine dans la tourmente


La question de l’homosexualité figurait à l’ordre du jour du synode de 111 diocèses épiscopaliens qui s’étaient retrouvés ce week-end près de Houston au Texas. Ce synode se tient tous les ans et, en général, il ne porte pas sur des questions controversées. Toutefois, les évêques épiscopaliens américains sont confrontés, cette année, à un ultimatum que leur ont adressé les chefs de l’Eglise anglicane. Ils ont jusqu'au 30 septembre pour donner des « garanties », faute de quoi leurs relations avec le reste de la communauté anglicane pourraient être compromises.

L’ultimatum a été lancé lors d’une réunion des chefs de l'Eglise anglicane en février, près de Dar Es-Salaam en Tanzanie. La communauté anglicane est profondément divisée, notamment sur l'ordination épiscopale des femmes et celles d'évêques ouvertement homosexuels. L’Eglise épiscopalienne des Etats-Unis a procédé à des ordinations d’homosexuels au sein de son clergé et à la bénédiction des mariages de couples du même sexe. Elle a placé à sa tête l'évêque Katharine Jefferts Schori, la première femme à occuper ce poste, et a installé dans ses fonctions, en 2003, l'évêque « gay » Gene Robinson du New Hampshire.

Les primats conservateurs venant d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine n’ont pas apprécié ces décisions. Ils estiment que les pratiques homosexuelles sont incompatibles avec les Saintes Ecritures, et en Tanzanie, ils ont décidé de mettre sur pied un « Conseil pastoral » pour mener des consultations avec l'Eglise épiscopalienne, notamment sur la question homosexuelle. La porte-parole de l’église épiscopale américaine, Jan Nunley, fait valoir que la coopération a toujours été étroite entre l’église américaine et l’église africaine, et qu’elle continuera, quelle que soit l’issue de l’ultimatum lancé en Tanzanie.

« Récemment, nous avons discuté des moyens de travailler ensembles à la prévention du VIH/SIDA en Afrique. Nous coopérons dans une certaine mesure sur les objectifs de développement du millénaire - l’allègement de la pauvreté et la lutte contre le racisme », explique la Révérende Jan Nunley. L’église épiscopalienne américaine ne compte que deux millions de fidèles, contre 77 millions à travers le monde, souligne la Révérende Jan Nunley, ajoutant que l’église épiscopalienne est « l’une des 38 provinces de la communauté anglicane mondiale » qui fédère l'ensemble des Eglises anglicanes du monde.

Le différend sur l’homosexualité qui les oppose actuellement est en partie dû au fait que l’église épiscopalienne américaine opère de façon démocratique, s’étant séparée de l’Eglise d’Angleterre durant la Révolution américaine. En Afrique, en Asie et en Amérique Latine, les églises épiscopaliennes sont nettement plus hiérarchisées. Les évêques américains vont peut-être répondre à l’ultimatum lancé en Tanzanie d’ici à la date butoir du 30 septembre, mais on ne s’attend à aucun changement significatif au sein de l’église épiscopale américaine avant la prochaine Convention générale de l’Eglise épiscopale prévue en 2009.

XS
SM
MD
LG