Liens d'accessibilité

Condition féminine 2007 : Déséquilibre démographique en Inde et Chine


Le premier volet de notre série sur la condition féminine en 2007 est consacré au déséquilibre démographique entre les hommes et les femmes dans des pays comme l’Inde et la Chine, à cause principalement de l’avortement de millions de fétus de sexe féminin. Contrairement à la situation dans la plupart des pays du monde, les petites filles sont minoritaires en Inde. On y compte en moyenne 1 000 petits garçons pour 930 petites filles. La raison, selon les experts locaux, est que les familles préfèrent les garçons pour perpétuer le nom familial dans un système patriarcal. En outre, les filles coûtent cher, car la famille doit payer une forte dot au futur mari de leur enfant.

Résultat, affirme Sabu George, un chercheur indien militant pour l’amélioration du statut de la femme, les couples utilisent l’échographie pour déterminer et choisir le sexe de leur futur bébé. « Dans notre pays, l’échographie est en train de devenir une arme de destruction massive. Au lieu de sauver des vies, nous constatons qu’elle sert à éliminer des millions et des millions de petites filles, avant la naissance », explique Sabu George.

Il est illégal en Inde d’utiliser l’échographie pour connaître le sexe d’un fétus, mais cette pratique reste très courante, affirme Corrine Woods, haute responsable de l’UNICEF, l’agence onusienne chargée de la protection des enfants. « Nous savons que les gens font fi de cette loi. Vous réclamez une échographie et on vous donne un bonbon rose ou un bonbon bleu », précise madame Woods. Le choix du bonbon rose, selon la responsable de l’UNICEF, est un code signifiant souvent que l’on souhaite un avortement.

« L’amélioration du statut socio-économique des femmes semble se traduire par une vive opposition aux petites filles. En partie parce que les familles les plus instruites ont moins d’enfants... et le meilleur moyen d’en avoir moins est par l’élimination des petites filles », souligne Sabu George. Dans les zones rurales, la naissance elle-même ne garantit pas la survie des petites filles. En effet, certaines familles pauvres vont même jusqu’à tuer les bébés filles. Les fillettes épargnées sont souvent moins bien nourries, soignées ou éduquées que les petits garçons.

Pour mettre fin à cette situation, Corrine Woods, de l’UNICEF, préconise une campagne pour le changement des mentalités. « L’élément clé est de promouvoir, au niveau des villages, une culture de mise en valeur des filles. Il faut créer une culture où les femmes locales disent: ‘Non, ne faites pas çà!’ », déclare Mme Woods. En attendant, le gouvernement indien préconise la création d’orphelinats pour les bébés de sexe féminin rejetés par leur famille pour réduire le total des avortements et des infanticides.

Cependant, les experts ne sont pas optimistes. « Aussi longtemps que l’indifférence persistera, face à cette situation, le nombre des petites filles manquantes continuera à augmenter, souligne le défenseur des droits de la femme et des petites filles en Inde », avertit Sabu George.

XS
SM
MD
LG