Liens d'accessibilité

Présidentielle sénégalaise: Abdoulaye Wade largement en tête


Les résultats partiels de l’élection présidentielle sénégalaise donnent une confortable avance au président sortant, Abdoulaye Wade, qui pourrait s’imposer dès le premier tour. D’aucuns parlent d’un plébiscite. Et alors que certains candidats mineurs ont concédé la défaite, les principaux rivaux de M. Wade s’étonnent de la possibilité qu’il n’y ait pas un second tour. Les observateurs estiment que le scrutin s'est déroulé de manière régulière.

« L’effet de surprise est là », note le professeur Moussa Samb, enseignant de droit des affaires à l’université de Dakar. « On a peut-être eu une mauvaise lecture de la réalité politique et sociologique de ce pays », a-t-il expliqué dans un entretien avec notre envoyé spécial Idriss. Le professeur Samb fait remarquer que les figures politiques historiques du Sénégal ne signifient plus grand chose pour l’écrasante majorité de l’électorat qui est jeune.

« L’absence d’une opposition crédible » donne raison au président Wade qui disait qu’il n’a pas d’adversaire, a souligné le professeur Samb, pour qui le travail de terrain effectué par le parti du président Wade et ses alliés n’a pas été fait du côté de l’opposition. Par ailleurs, l’attrait de certains chefs religieux sur les jeunes qui se positionnent automatiquement avec une consigne explicite ou implicite a eu un grand impact, affirme l’enseignant sénégalais.

« On a tort de penser qu’on va vers une citoyenneté éclairée; les déterminants du vote risquent d’être foncièrement influencés par les paramètres de cette nature; et peut-être c’est quelque chose qu’il faudra surveiller de prêt dans l’évolution des sociétés dans les années à venir », a-t-il déclaré.

XS
SM
MD
LG