Liens d'accessibilité

Oscars: L’oeuvre cinématographique de Scorsese enfin primée


Le réalisateur Martin Scorsese a été le grand gagnant la 79ème cérémonie des Oscars du cinéma, dimanche soir, à Hollywood en Californie. L'Académie des arts et des sciences du cinéma a enfin couronné son oeuvre en lui décernant l’Oscar du meilleur film et celui du meilleur réalisateur pour « Les infiltrés », un film qui met aux prises gangsters et policiers dans les rues de Boston.

« Les infiltrés » ont également remporté les statuettes de la meilleure adaptation et du meilleur montage. Nominé cinq fois par le passé, notamment pour « Raging Bull », « Taxi Driver » ou encore « Les Affranchis », Scorsese, 64 ans, était, jusqu’à dimanche, l'un des plus illustres laissés pour compte des Oscars.

L'Oscar de la meilleure actrice a été décerné à Helen Mirren pour son rôle dans « The Queen », où elle incarne la reine Elisabeth II durant la crise provoquée au sein de la famille royale britannique par la mort brutale de la princesse Diana. Toujours côté acteurs, l'Académie des arts et des sciences du cinéma a récompensé l'Américain Forest Whitaker pour son rôle du dictateur ougandais Idi Amin Dada dans « Le dernier roi d'Ecosse ». « Il est possible pour un gosse de l’Est du Texas, élevé dans le quartier South-Central de Los Angeles et à Carson, de croire en ses rêves, de s’y lancer de plein coeur et de les réaliser », a déclaré Forest Whitaker.

L’une des surprises de la soirée aura été l’oscar décerné à la débutante Jennifer Hudson, 25 ans, qui est repartie avec la statuette du second rôle féminin pour la flamboyante comédie musicale « Dreamgirls .» Nominé huit fois, ce film n'aura finalement remporté qu'un autre Oscar, celui du mixage. Le prix du meilleur acteur dans un second rôle a échu à Alan Arkin, 72 ans, pour son rôle dans la comédie « Little Miss Sunshine »; une déception pour le Béninois Djimon Hounsou, qui avait été nominé dans cette catégorie pour sa prestation dans « Blood diamond », film relatant le sanglant trafic des diamants dans un pays en guerre.

L’Oscar du meilleur documentaire a consacré le film sur le réchauffement climatique « Une vérité qui dérange » dans lequel l'ancien vice-président démocrate Al Gore apparaît. Le documentaire a également été primé pour la meilleure chanson originale. « Nous devons résoudre la crise climatique. Ce n'est pas un problème politique, c'est un problème moral. Nous disposons de tout ce dont nous avons besoin pour commencer, à l’exception de la volonté d’agir. C’est une ressource renouvelable. Qu’on la renouvelle donc », a lancé M. Gore, ovationné par l'assistance.

« Le labyrinthe de Pan », oeuvre fantastique du Mexicain Guillermo del Toro, a raflé trois prix: direction artistique, maquillage et photographie. Cependant, en ce qui concerne l'Oscar du meilleur film en langue étrangère, les électeurs de l'Académie lui ont préféré le film allemand « La vie des autres », un drame qui décrit l’espionnage d’un artiste par la Stasi, la police secrète de l’ex-Allemagne de l’Est du temps du communisme.

XS
SM
MD
LG