Liens d'accessibilité

USA: Une femme à la tête de Harvard


Pour la première fois en 371 ans d’existence, l’université de Harvard a nommé une femme à sa tête. Harvard, la toute première université du pays, a été créée en 1636, soit plus d’un siècle avant l’accession des Etats-Unis à l’indépendance. Elle demeure l’un des établissements d’études supérieures les plus prestigieux au monde; d’où l’intérêt porté à la désignation, dimanche, de l'historienne Drew Gilpin Faust au poste de présidente.

Madame Faust, qui était, depuis 2001, rectrice de l'Institut Radcliff des études avancées de l'Université de Harvard, succédera, à partir du premier juillet, à Lawrence Summers. En devenant la 28ème présidente de Harvard, Mme Faust, 59 ans, assume la responsabilité de plus de 10 écoles supérieures, de 25 000 employés, et la gestion d’un budget de trois milliards de dollars.

« J'espère que ma nomination pourra être un symbole d’ opportunités qui auraient été inconcevables, il y a encore une génération », a indiqué Madame Faust, lors d'une conférence de presse, dimanche, à Harvard. « Je ne suis pas la femme présidente de Harvard, je suis la présidente de Harvard », a-t-elle souligné. Madame Faust évoquait ainsi indirectement l’une des controverses suscitées par son prédécesseur. Ancien secrétaire au Trésor sous Bill Clinton, Lawrence H. Summers avait démissionné en 2006, en raison de divergences avec les professeurs, dont certains avaient claqué la porte. Le court mandat de Lawrence Summers, qui n’est resté que cinq ans à la tête de Harvard, a été également émaillé de polémiques sur ses déclarations au sujet des femmes.

M. Summers avait notamment laissé entendre que l'aptitude naturelle pouvait être la raison pour laquelle il y avait moins de femmes que d'hommes aux plus hauts niveaux en sciences et en mathématiques. Les féministes n’avaient pas apprécié, d'autant que, sous sa présidence, le nombre d’enseignantes titularisées avait baissé à Harvard. La presse américaine s'est emparée de l'affaire.

Finalement, Summers avait dû battre en retraite et s'excuser pas moins de trois fois, avant de nommer deux commissions chargées d'améliorer la représentation des femmes à Harvard. A la tête de l’une de ces commissions se trouvait justement Madame Drew Gilpin Faust.

XS
SM
MD
LG