Liens d'accessibilité

Grippe aviaire: L’OMS confirme des cas humains au Nigeria et en Egypte


L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé qu’une jeune femme décédée la semaine dernière à Lagos est bien morte de la grippe aviaire. C’est le tout premier cas humain de cette maladie qu’enregistre le Nigeria. Selon les autorités d’Abuja, 19 Etats nigérians ont signalé des foyers de grippe aviaire au cours des récents jours. Les experts redoutent de plus en plus que le Nigeria se transforme en source permanente du virus de la grippe aviaire.

Selon la FAO, 60 des 140 millions de volaille du Nigeria sont élevées en basse-cour; une pratique favorisant le contact entre les êtres humains et les oiseaux. Une situation similaire explique la propagation du virus H5N1 en Egypte. L’OMS a confirmé qu’une jeune Egyptienne de Fayoum, localité située au sud du Caire, est morte de cette maladie. Onze des victimes égyptiennes étaient de sexe féminin, les femmes s’occupant souvent des élevages de volaille en Egypte.

L’OMS avait signalé que deux victimes égyptiennes avaient été infectées par une forme du virus H5N1 ayant subit une mutation qui la rend résistante au Tamiflu, un des principaux médicaments disponibles contre la grippe aviaire. L’Egypte a dénombré 20 cas d’infection humaine du virus H5N1, soit le plus grand nombre de cas hors d’Asie. Trois des victimes étaient membres d’une même famille.

Au sein d’une population de plus 70 millions d’habitants que compte l’Egypte, on peut s’attendre à ce que certains continuent de s’exposer à une possible infection par le virus H5N1, estime Hassan al-Bushra, conseiller régional de l’OMS pour les maladies transmissibles. Faute d’espace, beaucoup de familles pauvres transforment leur lieu d’habitation en basse-cour, a-t-il fait-il remarquer.

XS
SM
MD
LG