Liens d'accessibilité

Burundi : Le CNDD-FDD malade de bicéphalie


Au Burundi, la crise qui secoue le CNDD-FDD, le parti au pouvoir, est loin d’être résolue. Le tout puissant président du parti, Hussein Rajabu, qui s’était brièvement réfugié à l’ambassade sud-africaine à Bujumbura, fait l’objet d’une procédure de destitution.

Ces querelles donnent au leadership « l’expérience voulue pour se renforcer afin d’avancer sans tergiverser vers la victoire définitive », a expliqué M. Rajabu dans une interview accordée à Frédéric Nkundikije du service Afrique centrale de la VOA. Gagner les élections n’est que « le début de la bataille », a averti le président du CNDD-FDD, rejetant les accusations selon lesquelles le président du parti s’immisce dans les affaires du gouvernement. « C’est le parti qui ouvre des portes à ceux qui sont au gouvernement pour donner leurs contributions quotidiennes au parti », a-t-il déclaré.

Pour sa part, le deuxième vice-président de l’Assemblée nationale du Burundi, Didace Kiganahe, la crise actuelle rentre dans le cadre des luttes de leadership au sein du CNDD-FDD « tout simplement parce que le poste de chef d’un parti politique a été particulièrement valorisé ces derniers temps avec la transition. » Ces sont les chefs de partis qui nommaient directement les ministres, a-t-il rappelé avant de souligner que « le chef de l’institution du parti politique, fut-il même un parti qui a gagné les élections, doit se tenir à l’écart du fonctionnement quotidien des institutions gouvernementales ou législatives. »

XS
SM
MD
LG