Liens d'accessibilité

USA : A quand une femme présidente des Etats-Unis ?


A la faveur de la candidature de la sénatrice Hillary Clinton à la présidence, les Américains se demandent si une femme peut devenir un jour présidente des Etats Unis. Il y a 40 ans, Hollywood faisait des gorges chaudes de cette notion par le biais d’une comédie qui avait remporté un grand succès. Cependant, en 2005, l’actrice Geena Davis a captivé l’Amérique dans « Commander in Chief », Commandant en chef, une série télévisée créée par Rod Lurie et dans laquelle elle incarnait justement une présidente des Etats-Unis.

Les féministes pensent que l’Amérique est à un tournant. On recense actuellement neuf femmes gouverneurs d’Etat et, au Congrès des Etats-Unis à Washington, 16 sénatrices et 71 députées. Le numéro 1 de la Chambre des représentants est, depuis le début de l’année, une femme, Nancy Pelosi, une députée qui a accédé à cette haute fonction suite au raz de marée démocrate lors des élections législatives de novembre.

Devenir présidente ne relève donc plus totalement du domaine de la science-fiction, mais faut-il pour autant y croire? « J’aimerais penser que nous progressons sur cette voie, et je crois qu’avec beaucoup de travail dans les deux prochaines années, le pays sera prêt à élire une femme présidente des Etats Unis », affirme Melody Drnach, vice-présidente de l’Organisation nationale des femmes. Impressionnés par l’élection de Nancy Pelosi à la tête de la chambre des représentants, et conscients du fait que les femmes représentent 52% de l’électorat aux Etats Unis, nombre d’analystes voient déjà la sénatrice démocrate Hillary Clinton accéder à la magistrature suprême aux Etats-Unis.

D’autres sont plus sceptiques. « En théorie », explique Morgan Felchner, éditrice du magazine Campagnes et élections, « les Américains sont prêts pour une femme présidente, mais quand vous regardez de près les sondages, les choses se gâtent un peu pour la femme candidate. Si vous demandez à quelqu’un s’il voterait pour une femme, il dit oui, mais si vous lui demandez si son voisin le ferait, il répond le plus souvent ‘Non.’ » Pour être plus réaliste, ajoute Madame Morgan Felchner, il semble que la moitié des américains seulement seraient vraiment prêts à élire une femme présidente.

Les experts et les analystes échafaudent des hypothèses à l’infini sur l’absence des Américaines aux plus hauts échelons de la vie politique et les raisons pour lesquelles les principaux partis politiques ont été, jusqu’à présent, incapables d’identifier des candidates à la présidence et de les soutenir. Selon Stephen Hess, haut responsable de la Brookings Institution, un centre de recherche et d’analyse de la politique ici à Washington, c’est tout simplement parce que la société devait se faire à l’idée d’une femme à la tête du pays, et c’est maintenant fait.

« En politique, dans la vie publique, et comme pour tout, on ne commence pas au sommet. Il faut grimper l’échelle. Par exemple, les femmes ne pouvaient même pas voter jusqu’à la Première Guerre mondiale », explique Stephen Hess. De surcroît, souligne l’expert, les femmes ne travaillaient pas hors du foyer, donc elles n’étaient pas présentes dans les cercles où les partis politiques choisissaient leurs candidats à la magistrature suprême. Aujourd’hui, la situation est très différente, ajoute M. Hess.

Selon un récent sondage de l’hebdomadaire Newsweek, 86% des électeurs américains se disent prêts à voter pour une femme qualifiée si leur parti la désignait comme candidate à la présidence, mais seulement 55 pour cent des personnes interrogées affirment qu’à leur avis, les Américains sont disposés à élire une femme à la Maison Blanche. C’est quand même 7% de plus qu’en 1999. Détail intéressant: les hommes se disent maintenant plus disposés que les femmes à voter pour candidate à la présidence. La prochaine élection présidentielle américaine aura lieu en novembre 2008, ce qui donne aux mentalités le temps d’évoluer dans un sens ou l’autre.

XS
SM
MD
LG