Liens d'accessibilité

Discours sur l’état de l’Union : Le président Bush appelle le Congrès à soutenir sa nouvelle stratégie irakienne


Le président américain George Bush a prononcé mardi soir le traditionnel discours sur l’état de l’Union devant les deux chambres du Congrès - dominées désormais par les démocrates. Les thèmes dominants ont été l’Irak, la lutte contre le terrorisme, l’immigration ainsi que la lutte contre le SIDA et le paludisme.

La guerre en Irak

Le président George Bush a défendu sa décision d’envoyer 21 500 soldats supplémentaires en Irak. Il a demandé le soutien de tous les parlementaires à sa nouvelle stratégie. « Notre pays poursuit une nouvelle stratégie en Irak et je vous demande de lui donner une chance de réussir. Et je vous demande de soutenir nos troupes sur le terrain et celles qui sont en route. Aujourd’hui il est encore en notre pouvoir de forger l’issue de la bataille », a souligné le président Bush, en exhortant les parlementaires à faire preuve de détermination.

Le chef de la Maison Blanche a rappelé que le Congrès avait voté majoritairement en faveur de l’intervention en Irak et il a souligné que les Etats-Unis ne pouvaient pas se permettre un échec dans cette guerre. Les conséquences seraient douloureuses, a-t-il dit, ajoutant que si les forces américaines se retirent avant que Bagdad soit sécurisé, le gouvernement irakien serait renversé par des extrémistes de tous bord.

Réforme du système de santé et économie d’énergie

Sur le plan intérieur, George Bush a notamment proposé une réforme du système de santé permettant le financement des frais médicaux et de l’assurance maladie pour tous. Il a souligné aussi la nécessité de procéder à la restructuration du système de pension. Pour réduire la dépendance de l’Amérique à l’égard du pétrole étranger, le président américain s’est fixé pour objectif de réduire de 20% la consommation d’essence d’ici 2017.

Enfin, le chef de l’exécutif a appelé les parlementaires des deux chambres à voter une loi sur l’immigration. « Ayons un débat sérieux et conclusif de façon à ce que vous puissez voter et moi signer une loi sur une reforme globale de l’immigration », a-t-il notamment déclaré.

L’aide à l’Afrique

Concernant le continent africain, le président des Etats-Unis a évoqué le Darfour. « Nous nous devons d’éveiller la conscience du monde entier sur la tragédie que traverse les peuples du Darfour », a dit M. Bush. Le président américain a, par ailleurs, appelé le Congrès à soutenir ses initiatives en matière de santé. Il a souligné l’importance de poursuivre la lutte contre le SIDA, particulièrement sur le continent africain.

A ce propos, le chef de la Maison Blanche a remercié les parlementaires américains d’avoir financé le plan d’urgence pour les victimes du SIDA, qui a permis de fournir des médicaments à 800 000 patients en trois ans. George Bush a demandé au Congrès de financer un projet pour combattre le paludisme en Afrique. « Je vous demande de débloquer une somme de 1,2 milliards de dollars sur une période de cinq ans pour lutter contre le paludisme dans 15 pays africains », a-t-il dit.

Dikembé Mutombo à l’honneur

En matière de santé encore, le président américain a rendu un hommage appuyé à un illustre joueur de basket-ball qui a construit, l’année dernière, un hôpital dans son pays d’origine, la République démocratique du Congo. Il s’agit de la star de la NBA Dikembe Mutombo, présent dans l’enceinte du Congrès, aux côtés de la première dame, Laura Bush. Le président américain s’est adressé directement à lui en ces termes: « Un ami a dit de cet homme de cœur : Mutombo croit que Dieu lui a donné l’opportunité de faire de grandes choses... et nous sommes fiers d’appeler cet enfant du Congo ‘citoyen des Etats-Unis d’Amérique’. »

La réponse des démocrates

Dans sa réponse au discours sur l’état de l’Union, au nom du parti démocrate, le sénateur Jim Webb de Virginie a déclaré, au sujet de l’Irak, que l’Amérique avait été entraînée par l’administration Bush « dans une guerre inutile ». Le sénateur Webb, lui-même ancien Marine dont un fils sert ce moment en Irak, a souligné la nécessité de changer de cap. « Nous avons besoin d’une nouvelle direction. Non pas faire marche arrière dans la guerre contre le terrorisme international... non plus un retrait précipité d’Irak, qui ne tiendrait pas compte des risques d’un plus grand chaos, mais un changement immédiat en faveur d’une forte diplomatie au niveau régional ; une diplomatie qui permettra le retrait de nos soldats des rues des villes irakiennes et une formule qui permettra, à court terme, à nos troupes combattantes de quitter l’Irak », a notamment déclaré le sénateur démocrate.

Disparités économiques

Par ailleurs, répondant à la vision optimiste du président Bush au sujet de l’économie américaine, le sénateur Jim Webb a mis en exergue ce qu’il perçoit comme étant des inégalités sociales. « Quand on regarde la santé de notre économie, c’est comme si nous habitions dans deux pays différents… Certains disent que la situation n’a jamais été aussi bonne. Les marchés ont en effet battu tous les records à la hausse et il en est de même pour les profits des grandes compagnies, mais ces bénéfices ne sont pas reparties de manière équitable », a dit M. Webb.

Le sénateur démocrate a souligné que la Chambre des représentants (à majorité démocrate) a déjà adopté un projet de loi sur un relèvement substantiel du salaire minimum, et il a ajouté que le Sénat allait bientôt lui emboîter le pas.

XS
SM
MD
LG