Liens d'accessibilité

Etats-Unis: Des activistes exigent la fermeture de la prison de Guantanamo


Le cinquième anniversaire, jeudi, de l’arrivée du premier détenu dans le centre de détention américain de Guantanamo (Cuba) a donné lieu à des manifestations hostiles ici aux Etats Unis et ailleurs dans le monde. « Que voulons-nous? La justice... », scandaient, jeudi, des centaines d’activistes devant le bâtiment de la Cour suprême des Etats Unis ici à Washington pour exiger que le centre de détention soit fermé.

Les premiers détenus sont arrivés dans cette prison en provenance d'Afghanistan. Ils avaient été capturés lors des opérations militaires déclenchées par les Etats-Unis après les attentats du 11 septembre 2001. Guantanamo est censé accueillir les suspects soupçonnés d’avoir des liens avec les Talibans ou le réseau terroriste Al Qaïda. Cependant, sur près de 800 prisonniers qui sont passés par ce camp depuis sa création, seuls dix ont été inculpés jusqu’ici.

Les Etats Unis ne peuvent pas incarcérer indéfiniment des suspects, a souligné Larry Cox, porte-parole d’Amnesty International, jeudi devant la Cour suprême américaine. « Il n’existe aucune preuve que notre sécurité en soit renforcée. Ce qui est évident par contre, chaque jour, c’est que l’autorité morale du gouvernement américain et sa capacité à promouvoir les droits humains, en pâtissent », a déclaré M. Cox.

Une manifestante, Me Gitanjali Gutierrez, travaille pour le Centre des droits constitutionnels, organisation ayant fourni des avocats à des détenus de Guantanamo. « Je suis ici l’un des rares civils qui ont pu aller à Guantanamo, qui ont pu s’asseoir à une table face à un homme enchaîné au sol, un homme détenu depuis cinq ans et qui n’a eu que des contacts très limités avec sa famille. Certains d’entre nous ont dû apprendre à ces prisonniers la mort de leurs parents, la naissance d’enfants qu’ils n’ont jamais vu et, dans certains cas, la mort d’un enfant », a-t-elle dit.

Vêtus, pour certains, d'une combinaison orange comme celle des détenus de Guantanamo, d’autres manifestants se sont rassemblés à l’intérieur d’un tribunal fédéral de la capitale américaine et devant la Maison blanche pour exiger la remise en liberté des prisonniers. Une centaine environ a été arrêtée. D’autres activistes ont manifesté à Londres. A Melbourne, en Australie, des protestataires ont réclamé la libération de David Hicks, le seul prisonnier australien de la base navale américaine.

Le nouveau secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon, estime que la prison de Guantanamo « devrait être fermée », reprenant ainsi la position de son prédécesseur Kofi Annan. S'il reconnaît que cette prison nuit à l'image des Etats-Unis, le président George Bush n'a nullement l'intention de la fermer dans l'immédiat.

XS
SM
MD
LG