Liens d'accessibilité

Khartoum, N’djaména et Bangui renouent le dialogue à Tripoli


Les présidents du Soudan, du Tchad et de la RCA ont pris part, mardi, à un sommet à six dans la capitale libyenne, en compagnie de l’Egyptien Hosni Moubarak, de l’Erythréen Issaias Afeworki et de leur hôte, le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. En marge du mini-sommet qui portait sur la situation au Darfour, les présidents soudanais Omar Hassan el Béchir, tchadien Idriss Déby Itno et centrafricain François Bozizé ont renoué le dialogue dans l’espoir de désamorcer les tensions dans les relations entre leurs pays.

Le Tchad et la RCA accusent le Soudan d’être impliqué dans les violents incidents de l’Est tchadien et du Nord centrafricain; ce que dément le Soudan. Dans un entretien avec Timothée Donangmaye, Sadek el Magli, directeur du Département de la paix et des actions humanitaires au ministère soudanais des Affaires étrangères, a expliqué que les trois leaders se sont engagés à mettre fin aux accusations réciproques. Le président soudanais à invité ses deux homologues à Khartoum en vue de poursuivre le dialogue pour mettre un terme aux conflits transfrontaliers, a-t-il dit indiqué.

Pour M. El Magli, l’accord de février 2006 signé par le Tchad et le Soudan à Tripoli a échoué par ce que le Tchad a tardé à contribuer au déploiement d’une mission conjointe d’observateurs le long de la frontière commune. Le responsable soudanais a démenti les accusations selon lesquelles le Soudan appuie la rébellion en RCA, assurant que ce sont les propres compagnons du président Bozize qui ont pris les armes contre lui. Le Soudan a ses propres problèmes et n’a pas les moyens d’appuyer des groupes rebelles à l’étranger, a-t-il dit.

XS
SM
MD
LG