Liens d'accessibilité

Le Millenium Challenge Corporation récompense les efforts du Mali, a déclaré le président Amadou Toumani Touré


Le Mali a signé le 13 novembre, à Washington, une convention par laquelle le Millenium Challenge Corporation, initiative du président Bush, met à la disposition de ce pays ouest-africain une enveloppe de 460,8 millions de dollars. Dans un entretien accordé à Timothée Donangmaye, le président malien Amadou Toumani Touré a expliqué que son pays a déployé beaucoup d’efforts pour répondre aux critères de qualification à ce financement américain. Ces efforts portaient sur la bonne gouvernance, la libéralisation de l’économie ainsi que l’élaboration de bons projets.

Qualifiant l’appui américain à son pays d’historique, M. Touré a dit que 60% de ces fonds iront à l’agriculture, notamment l’aménagement de 16 000 ha par l’Office du Niger au Mali. Les infrastructures routières, aéroportuaires, les écoles et centres de santé figurent parmi les autres priorités du gouvernement malien, a-t-il expliqué. Abordant la situation économique dans son pays, le président Amadou Toumani Touré s’est félicité des progrès accomplis dans l’exploitation de l’or.

Par contre, il a déploré les difficultés de la filière coton, victime, a-t-il dit, des subventions accordées par les pays riches à leurs agriculteurs. « Les plus pauvres vivent dans les campagnes, et c’est eux qui cultivent le coton, » a-t-il dit, ajoutant qu’on ne demande pas de leur faire des cadeaux, mais de leur acheter leur coton à un juste prix.

Le chef de l’Etat malien, qui est revenu à la tête du Mali en 2002, a qualifié son bilan de « positif » tout en soulignant que « beaucoup reste à faire. » A la question de savoir s’il sera candidat en 2007, le président Touré a dit qu’il veut poursuivre son mandat actuel dans la sérénité et qu’il avisera le moment venu. Amadou Toumani Touré a déploré la parution du livre « ATT-cratie: la promotion d’un homme et de son clan » qui critique sévèrement son régime. C’est « un livre inutile,» dont l’auteur a choisi de se cacher derrière le pseudonyme de Sphynx, a dit le président malien, assurant qu’il n’est pas du tout contre une analyse sérieuse de son bilan.

A « l’unanimisme » que ses adversaires perçoivent dans la gestion de chose publique malienne depuis son retour à la tête du pays, le président Touré oppose le concept de « gestion consensuelle » du pouvoir. Faisant remarquer que personne n’a quitté le schéma politique qu’il a proposé en 2002, M. Amadou Toumani Touré a affirmé que c’est une « nouvelle forme de gouvernance » qui, étudiée et améliorée, pourrait être adaptée aux conditions propres à chaque pays.

XS
SM
MD
LG