Liens d'accessibilité

Elections USA 2006: La religion et les valeurs morales au premier plan


Si l'Irak, le terrorisme et l'économie dominent les enjeux des élections de mi-mandat du 7 novembre, l'électorat américain n’oublie pas, pour autant, la religion et les valeurs morales. Les républicains attendent des chrétiens conservateurs qu’ils se rendent en masse aux urnes, mardi prochain, pour les aider à préserver leur majorité à la Chambre des représentants et au Sénat.

En 2002 et 2004, l'Amérique conservatrice du « Midwest » et la droite religieuse du Sud ont plébiscité le Parti républicain et le président George Bush, un « Born again Christian » -- un chrétien « re-né » . Les voix des évangélistes ont assuré, de justesse, la victoire de M. Bush face au démocrate John Kerry, dans un certain nombre de circonscriptions-clé.

Ces deux dernières années, les évangélistes conservateurs ont pris pour cibles l’interruption volontaire de grossesse, le mariage homosexuel et la recherche sur les cellules souche. « Nous voyons l’Amérique sur le chemin d’une collision entre les libertés religieuses et le programme des homosexuels. Il s’agit de batailles spirituelles et il faut que les dirigeants spirituels du pays soient à l’avant de ce combat, » explique Tony Perkins, président du Conseil de recherche sur la famille, une organisation chrétienne.

Les Démocrates de 2006 veulent rattraper leur retard auprès de l'influent électorat conservateur, et à cette fin, ils ont rédigé un message qui, pensent-ils, plaira aux évangélistes. « Les valeurs morales s’appliquent aujourd’hui à la pauvreté, à l’environnement, au Darfour, au VIH/SIDA et à la guerre en Irak, » explique le Révérend Jim Wallis, rédacteur du magazine Sojourners et fondateur d’un groupe qui aide à promouvoir les valeurs démocrates chrétiennes.

Selon les experts, il faudra un certain temps avant que les démocrates arrivent à faire passer leur message; car cela fait 40 ans que les évangélistes peaufinent leur stratégie politique, rappelle John Green, un expert sur les dossiers « religion et politique » pour le Centre Pew, ici à Washington. Toutefois, si les démocrates accusent du retard dans leur nouveau voyage spirituel, un autre facteur pourrait jouer en leur faveur mardi prochain.

Les évangélistes pourraient bouder le scrutin par dégoût du scandale dans lequel se trouve empêtré l’ancien député républicain de Floride Mark Foley. Ce dernier a récemment démissionné après que la presse a révélé qu’il avait envoyé, par Internet, des messages à caractère sexuel, à de jeunes stagiaires au Congrès. Il se peut que bon nombre de républicains se disent : « Il y a un problème avec le parti, » estime l’analyste politique indépendant Stuart Rothenberg.

Quelle que soit l’issue du scrutin, la religion continuera certainement d’influencer la vie politique ici aux Etats Unis. « 49 pour cent des américains continuent de dire qu’ils ne voteraient pas pour un président athée contre 48 pour cent qui sont disposés à le faire. La religion reste un facteur clé dans la vie publique, » estime Karlyn Bowman de l’American Enterprise Institute ici à Washington.

Un sondage réalisé par le Centre Pew, en juillet, avait révélé que 67 pour cent des personnes interrogées estimaient que les Etats Unis sont un pays chrétien. La majorité de ces gens pensaient également que la religion continue de perdre de son importance. Ils avaient dit le contraire, juste après les attentats du 11 septembre 2001 à New York et Washington...

XS
SM
MD
LG