Liens d'accessibilité

Darfour : Le Congrès adopte des sanctions contre le Soudan


Après des mois de négociations ardues entre les deux chambres du Congrès, les législateurs américains ont approuvé un projet de loi imposant des sanctions au gouvernement soudanais et aux milices arabes responsables de la mort de dizaines de milliers de personnes au Darfour.

La Chambre des représentants avait approuvé une première version du document il y a déjà plusieurs mois. Cependant, le Sénat a longuement hésité avant de finalement se pencher sur le projet de loi la semaine dernière. Motif de cette réticence: la clause de la législation recommandant le retrait des investissements des institutions gouvernementales américaines du Soudan.

Plusieurs membres influents de la chambre haute, conduits par le sénateur de l’Indiana Richard Lugar, se disaient convaincus que le président Bush opposerait un veto à tout projet de loi préconisant une telle mesure. Après de fortes pressions et de multiples délais, ils ont réussi à faire exclure la clause en question de la version de la législation approuvée en commission au Sénat la semaine dernière.

La nouvelle mouture a alors été envoyée à la chambre des représentants pour un second vote. Ce qui a déclenché des débats houleux sur le rôle de l’émissaire spécial américain pour le Soudan Andrew Natsios. Le mandat de l’émissaire spécial doit couvrir tous les efforts en cours pour consolider la paix au Soudan. Y compris des initiatives pour assurer l’application complète de l’accord de paix au Darfour et de l’accord global de paix dans le sud du Soudan, a souligné le député républicain Chris Smith, président de la sous-commission africaine de la Chambre lors des débats.

La Chambre des représentants a approuvé en lecture finale, lundi, la version amendée du projet de loi en provenance du Sénat. Et il ne manque plus que la signature du président Bush sur le document pour que la nouvelle législation entre en vigueur. La loi sur la paix au Darfour prévoit entre autres le gel des avoirs des responsables gouvernementaux soudanais et des leaders de milices arabes coupables d’atrocités dans cette province de l’ouest du Soudan. Les personnes visées sont également interdites d’entrée aux Etats-Unis. Les sanctions devraient rester en vigueur, notamment jusqu’au désarmement des milices arabes par Khartoum.

Les partisans du retrait des investissements américains au Soudan ne jettent pas l’éponge. Ils ont déposé à la chambre des représentants plusieurs projets de loi bien ciblés visant à empêcher les compagnies internationales opérant au Soudan à obtenir des contrats gouvernementaux américains. La députée démocrate Barbara Lee De son côté, le gouverneur républicain de Californie Arnold Swartzenegger, l’acteur bien connu, a signé, lundi, une législation au niveau de son état interdisant aux fonds californiens de retraite d’investir dans des compagnies disposant d'avoirs au Soudan. Tous les yeux sont maintenant braqués sur le président Bush, dont la signature au bas de la loi sur les sanctions au Darfour est absolument nécessaire pour l’entrée en vigueur de la législation.

XS
SM
MD
LG