Liens d'accessibilité

Etats-Unis : Grande disparité dans l’espérance de vie des Américains


Une équipe de l’école de santé publique de l’université Harvard a publié cette semaine les résultats d’une étude comparative très détaillée sur l’espérance de vie aux Etats-Unis. Celle-ci a consisté à analyser, pour la période allant de 1980 à l’an 2001, l’espérance de vie dans les Etats et les comtés du pays. Des facteurs comme les risques de mort de maladies spécifiques, l’accès à l’assurance maladie et aux soins médicaux ont été pris en compte.

Selon cette étude, le lieu de résidence, la race et le revenu jouent un rôle au niveau de l’espérance de vie aux Etats-Unis. Les chercheurs de Harvard sont ainsi parvenus à identifier 8 principaux groupes d’Américains. En tête de tableau, un peu plus de 10 millions d’Asiatiques-Américains, qui affichent une espérance de vie allant jusqu’à 85 ans; la palme d’or de la longévité revenant aux femmes asiatiques du comté de Bergen dans le New Jersey: celles-ci peuvent vivre en moyenne jusqu’à 91 ans.

En deuxième position, viennent 3,6 millions de Blancs du Minnesota, des deux Dakota, de l’Iowa, du Montana et du Nebraska, dont l’espérance de vie est de 79 ans. Celle-ci descend à 77,9 ans pour l’Amérique moyenne, essentiellement blanche. En milieu de tableau, les chercheurs ont identifié un million d’Amérindiens vivant dans des réserves de l’Ouest des Etats-Unis, et qui ont une espérance de vie de 73 ans. En dernière position, les Noirs pauvres des zones rurales du Sud et les 7,5 millions de Noirs vivant dans des centres urbains à fort taux de criminalité. L’espérance de vie de ce dernier groupe n’est de 71,1 ans en moyenne.

Dans le classement par Etat, Hawai vient en tête avec une espérance de vie moyenne de 80 ans, suivi du Minnesota, 78,8 ans et de Utah, 78,7 ans. La capitale américaine Washington, ville a majorité noire, vient en 51e et dernière position avec 72 ans en moyenne.

Les chercheurs ont constaté que le manque d’assurance maladie n’explique qu’en partie la disparité observée dans l’espérance de vie de ces différents groupes. Il en va de même pour le revenu qui ne garantit pas nécessairement une longue durée de vie. Les différences dans la consommation d’alcool et l’utilisation du tabac, les problèmes de tension artérielle, de cholestérol et d’obésité semblent compter pour beaucoup dans le taux de mortalité aux Etats-Unis, estiment les experts. Il faut y ajouter la criminalité qui, dans les centres urbains, constitue un autre grand problème.

Selon le Docteur Christopher Murray, chef de l’équipe de Harvard ayant mené ces recherches, la disparité dans l’espérance de vie des Américains n’a pas bougé depuis 20 ans, en dépit des efforts du gouvernement. Mais elle pourrait être réduite par des mesures peu coûteuses consistant, par exemple, à réduire les risques de cancer et de maladies cardiaques par un régime alimentaire sain et des exercices physiques. Les médicaments contre la tension artérielle et le cholestérol figurent également parmi ces possibles mesures, a ajouté le Dr Murray.

XS
SM
MD
LG