Liens d'accessibilité

RDC : Inquiétude dans les milieux de la presse


La mission des Nations unies au Congo (MONUC) s’inquiète des menaces proférées à l’encontre des professionnels de la presse en RDC. Le porte-parole adjoint de la MONUC, Jean-Tobie Okala, a cité notamment le cas de journalistes des chaînes de télévision proches du vice-président Jean-Pierre Bemba qui disent avoir reçu des menaces de mort de la part d’individus non identifiés. Les trois victimes vivent dans la clandestinité, a précisé M. Okala.

Les trois chaînes en question ont été suspendues le 21 août à la suite des affrontements armés entre des membres de la sécurité du président Joseph Kabila et ceux du vice-président Jean-Pierre Bemba. L’ONG Journaliste en danger a qualifié cette mesure d’illégale et d’injuste. Dans une lettre ouverte au chef de la MONUC, William Swing, cette ONG a exigé le rétablissement du signal de ces chaînes de télévision.

Les services chargés de régir les médias n’ont pas mandat de les sanctionner, a expliqué Mbaya Tshimanga, président de Journaliste en danger, dans un entretien avec Samuel Kiendrébéogo. Selon M. Tshimanga, il est, par ailleurs, injuste de sanctionner uniquement les chaînes proches de M. Bemba alors des chaînes proches du président Kabila s’étaient rendues coupables des mêmes abus.

Dans un entretien avec Ferdinand Ferella, le ministre congolais de la Communication, Henri Mova Sakani, a défendu la fermeture des chaînes de télévision appartenant au vice-président Bemba. Celles-ci lançaient des appels à la haine, a-t-il expliqué.

XS
SM
MD
LG