Liens d'accessibilité

Tchad : Bras de fer avec deux compagnies du consortium pétrolier


Le gouvernement tchadien veut avoir un plus grand contrôle sur la production pétrolière nationale. Samedi, le président Idriss Déby Itno a annoncé l’expulsion de deux des trois sociétés du consortium exploitant le pétrole tchadien, à savoir l’Américaine ChevronTexaco et la Malaisienne Petronas. Motif officiel invoqué: ces deux compagnies ne seraient pas acquittées de leurs engagements relatifs au paiement de l’impôt sur les sociétés.

Le chef de l’Etat tchadien a, en outre, annoncé la suspension - sans les nommer - de trois ministres qui avaient eu à traiter le dossier pétrolier national. On croit savoir qu’il s’agit du ministre du Pétrole, Mahamat Nasser Hassan, de celui de l’Economie et du plan, Mahamat Ali Hassan, et du titulaire du portefeuille de l’Elevage, Moucktar Moussa. Pour l’heure, a précisé le président tchadien, le pétrole tchadien sera géré par le gouvernement et la société américaine ExxonMobil en attendant de trouver une solution avec les deux partenaires expulsés.

Ces mesures interviennent après que le gouvernement Déby Itno eut demandé, la semaine dernière, la renégociation de la convention de 1988 avec le consortium pétrolier. Le gouvernement de N’djaména dit qu’il veut entrer dans le consortium à travers une nouvelle société d’Etat, la Société nationale des hydrocarbures, afin de mieux profiter des revenus de l’or noir.

Dans un entretien avec Timothée Donangmaye, Gilbert Maoundonodji, coordonnateur du Groupe de recherches alternatives et de monitoring du projet pétrolier Tchad-Cameroun (GRAMP), explique que l’entrée du Tchad dans la production pétrolière accroîtra de manière substantielle les revenus du pays. Il note cependant que la législation pétrolière tchadienne repose toujours sur le régime des concessions, peu profitable, et que sa révision n'a pas encore eu lieu.

La flambée des cours du brut sur le marché mondial n'est pas étrangère à ce conflit, explique Jean-Pierre Favenec, expert de l'Institut français du pétrole, dans un entretien avec Lamia Gritli.

XS
SM
MD
LG