Liens d'accessibilité

16e conférence internationale sur le sida: Un vaccin n’est pas pour demain


A la 16e conférence internationale sur le sida de Toronto, les dernières avancées scientifiques dans le domaine de la lutte contre la pandémie ont fait l’objet d’une conférence de presse mardi. Selon notre envoyée spéciale Lamia Gritli, les experts sont restés prudents. Le vaccin contre le sida n’est pas pour demain, ont-ils souligné. Une des difficultés à surmonter est la diversité génétique du VIH et sa capacité d’infecter les cellules qui protègent contre les infections.

Mardi, le ministre français de la santé, Xavier Bertrand, a annoncé à Toronto que la France va doubler sa contribution au fonds mondial contre le sida. Celle-ci passera à 300 millions d’euros et s’ajoutera à la taxe sur les billets d’avions déjà en vigueur en France en vue d’assurer le financement des traitements durables des malades du sida, a déclaré le ministre.

14 pays se sont engagés à appliquer cette taxe. Les Etats-Unis, l’Allemagne et l’Australie ont exprimé des réserves. Pour leur part, les compagnies aériennes condamnent cette taxe, estimant qu’elle affectera négativement leurs activités, a expliqué Lamia Gritli dans un entretien avec Nelly Daynac.

LES ENTRETIENS DE LAMIA GRITLI:

La ministre a la présidence burundaises chargée de la lutte contre le Sida, Triphonie Nkurunziza, qui parle de la protection légale des malades du sida dans son pays, l’aide aux orphelins du sida.

Michel Sidibé, responsable de la question des orphelins du sida à ONUSIDA parle des problèmes de ce groupe particulièrement vulnérable.

Dr Fatoumata Binta Diallo, coordinatrice du programme de prise en charge de prévention des infections sexuellement transmissibles et du VIH Sida en Guinée, explique la démarche suivie dans son pays en terme de prise en charge des malades du sida.

XS
SM
MD
LG