Liens d'accessibilité

Fin de la conférence euro-africaine sur la migration


La conférence euro-africaine sur la migration et le développement de Rabat a abouti, mardi, à l’adoption d’un plan d’action. Celui-ci comprend 67 recommandations sur les moyens de prévenir l’immigration clandestine en Europe. Les participants à cette conférence ont convenu de renforcer leur coopération judiciaire et policière et de créer une base de donnés pour la lutte contre l’immigration clandestine.

Ils ont aussi suggéré des campagnes d’information sur les risques de l’immigration illégale et le triste sort de milliers d’Africains ayant péri noyés dans la traversée vers l’Europe. Des délégations de 30 européens, 27 pays africains et de diverses organisations internationales ont pris aux travaux.

Dans un entretien avec Jean-Claude André, Mme Benita Ferrero Waldner, commissaire aux Relations extérieures de l’Union européenne explique que l’Union souhaite contribuer à la mise sur pied d’une équipe d’intervention rapide pour faire face à des crises comme celles de Ceuta et Mellila. Par ailleurs, il faut aussi aider les immigrants légaux d’Occident à investir dans leurs pays d’origine.

Les organisations de défense des droits humains estiment que la conférence de Rabat va renforcer la tendance à criminaliser l’immigration. Les ministres africains n’ont fait qu’entériner la politique européenne à Rabat, a déclaré Hamid Bouhédouni, chargé du dossier immigration à l’Association marocaine des droits humains, dans un entretien avec Timothée Donangmaye.

XS
SM
MD
LG