Liens d'accessibilité

Coupe du monde 2006: Team USA sous haute sécurité


La sélection nationale des Etats-Unis fait l’objet de mesures de sécurité exceptionnelles à la Coupe du monde 2006, en particulier à Hambourg où l’équipe réside et s’entraîne. La protection des joueurs américains, des membres de leurs familles et des responsables de la Fédération de football des Etats-Unis a fait l’objet d’une longue et minutieuse planification, a révélé le porte-parole de la sélection américaine.

« Pendant un peu plus d’un an, nous avions travaillé en étroite collaboration avec le Département d’Etat, la FIFA, le comité d’organisation de la coupe du monde, de même que la police de Hambourg pour assurer que toutes les précautions seraient prises. Et nous pensons que tout a été très bien organisé» a expliqué Jim Moorhouse. La police de Hambourg compte 10 mille agents dont 2900 en moyenne sont déployés les jours de match, indique son porte-parole Ralf Mayer.

100 policiers ainsi qu’une unité d’élite sont assignés à la protection de l’hôtel où réside l’équipe américaine à Hambourg, un complexe dont l’accès est extrêmement surveillé. Pour des raisons de sécurité, Team USA est la seule des 32 équipes de la Coupe du monde à circuler à bord d’un bus anodin. Toutefois, ce n’est plus un secret pour personne, reconnaît le porte-parole de l’équipe.

« C’est une histoire intéressante dans la mesure où la décision avait été prise par le Département d’Etat il y a plus d’un an. A l’époque, on avait pensé que la sécurité de l’équipe en dépendait, et c’était probablement le cas. Or, à notre insu, le comité d’organisation de la coupe du monde a convoqué une conférence de presse pour présenter l’ensemble des bus de la Coupe du monde, y compris le nôtre. C’était une erreur de leur part, et ils l’ont reconnu» a indiqué Jim Moorhouse.

Dans tous les cas, même sans drapeau américain, le bus bleu de Team USA passe difficilement inaperçu lorsqu’il se rend de son hôtel à son terrain d’entraînement dans la banlieue Hambourg. L’équipe est accompagnée par un cortège de police toutes sirènes hurlantes, le tout habituellement survolé par un hélicoptère. S

elon le porte-parole de la police de Hambourg, les habitants de la zone commencent maintenant à accepter ces inconvénients. « Les gens sont impliqués dans ce que nous faisons, et ils comprennent que ces mesures nous sont dictées par les événements du 11 septembre 2001, » a souligné Ralf Meyer de la police de Hambourg.

XS
SM
MD
LG