Liens d'accessibilité

Etats-Unis : Appel de leaders religieux contre les traitements inhumains


Diverses personnalités américaines et mondiales ont publié, mardi, une déclaration dans le New York Times appelant les Etats-Unis à répudier la torture et tous les traitements inhumains. Le cardinal Théodore McCarrick, archevêque de Washington, Ted Haggard, président de l’Association Nationale des Evangélistes et Sayyid Syeed, directeur de la Société islamique d’Amérique du Nord, font partie de ces personnalités. Deux Prix Nobel de la paix, le défenseur des droits de l’Homme Elie Wiesel et l’ancien président américain Jimmy Carter, figurent également sur la liste des signataires du document en question.

Sa publication fait suite aux récentes allégations selon lesquelles des violations des droits de l’Homme auraient été commises dans les centres de détention contrôlés par les Etats Unis en Irak, Afghanistan, et à la base navale de Guantanamo Bay, à Cuba. En réaction à ces allégations, un porte-parole de la Maison Blanche, Ken Lisaius, a dit à la Voix de l’Amérique que l’administration américaine éprouve le plus grand respect pour les auteurs de l’appel de mardi.

Toutefois, ainsi que le président Bush l’a réitéré à de nombreuses reprises, le gouvernement américain ne pratique pas la torture et respecte les conventions internationales contre la torture, a souligné M. Lisaius. Telle restera la politique des Etats Unis, a-t-il assuré. Les personnalités et dirigeants religieux font leurs les préoccupations des Nations unies et de divers groupes de protection des droits de la personne humaine, qui critiquent les Etats Unis et d’autres pays pour avoir adopté, suite aux attentats du 11 septembre, une définition plus étroite du mot torture.

« Après le 11 septembre, une discussion très regrettable a commencé pour savoir si, dans des cas extrêmes, comme celui d’une bombe sur le point d’exploser, il serait peut-être justifié de torturer pour atteindre un but plus important de sécurité nationale, ou sauver les vies d’innocents, etc. » a expliqué Mandred Nowak, rapporteur spécial de l’ONU sur la torture. Pour M. Nowak, ce nouveau flou concernant l’interdiction absolue de torturer est la menace la plus grave qui pèse sur le droit international et les droits de l’Homme depuis la Seconde Guerre mondiale.

La veille de la publication du manifeste de mardi, plusieurs organisations de défense des droits de la personne humaine s’étaient réunies à Washington et, à cette occasion, s’étaient publiquement interrogées sur le silence des dirigeants religieux face aux allégations de torture. « Quelle est la position de la communauté religieuse face à la torture? A quelques exceptions près, je dirais qu’elle a été largement silencieuse » dénonçait Elisa Massimino, directrice de l’ONG Human Rights First. Mme Massimino s’est félicitée de la déclaration parue dans le New York Times. Mieux vaut tard que jamais, a-t-elle fait remarquer.

XS
SM
MD
LG