Liens d'accessibilité

Appels internationaux à la fermeture de Guantanamo suite au suicide de trois prisonniers


Les réactions se multiplient au sujet du récent suicide de trois prisonniers au centre de détention américain de Guantanamo, à Cuba. Deux Saoudiens et un Yéménite se sont pendus dans leur cellule, samedi, en utilisant leurs draps et leurs vêtements. Pour le Haut commissaire de l’Onu pour les droits de l’homme, ces suicides n’ont rien d’étonnant. Ce qu’il faudrait maintenant, c’est fermer Guantanamo, fait valoir un porte-parole du Haut commissaire Jose Diaz. C’est aussi ce que souhaitent des organisations humanitaires internationales et des gouvernements étrangers.

Côté américain, Mme Colleen Graffy, un haut responsable au département d’Etat, américain, a qualifié ces suicides de beau coup de relations publiques destiné à attirer l’attention sur Guantanamo. Ces déclarations lui ont valu des critiques des organisations de défense des droits de l’homme et des médias.

Sean McCormack, porte-parole du département d’Etat, a fait remarquer que le président Bush est préoccupé par ces suicides et qu’il espère qu’un jour, le centre de détention de Guantanamo pourra être fermé. «Nous ne désirons, en aucun cas, être les gardiens de prison du monde. Nous espérons qu’un jour, Guantanamo pourra être fermé. Mais force est de reconnaître qu’il abrite, en ce moment des gens très dangereux, qui constituent une menace, non seulement pour les citoyens américains mais aussi pour le reste du monde » a déclaré le chef de l’exécutif américain.

Environ 460 personnes sont actuellement détenues au centre de Guantanamo. Il s’agit, pour l’essentiel, de membres présumés du réseau al-Kaida et de Talibans capturés après l’invasion de l’Afghanistan. Des dizaines de ces détenus ont été rapatriés mais l’opération est lente car, pour ce faire, les Etats Unis doivent obtenir l’assurance qu’à leur retour dans leur pays d’origine, ces prisonniers ne seront pas maltraités ou qu’ils ne reprendront pas leurs activités terroristes.

Les avocats des détenus de Guantanamo veulent que ceux qui restent puissent être examinés par des médecins indépendants. Le Comité international de la Croix rouge se propose d’envoyer une équipe, cette semaine, afin de dresser un bilan de la situation.

XS
SM
MD
LG