Liens d'accessibilité

Nigeria: Controverse autour du programme spatial national


Le Nigeria entre dans l’ère spatiale, mais ces ambitions ont déclenché une controverse: certains estiment en effet que l’argent serait mieux investi dans la lutte contre la pauvreté. Et ce, dans un pays où 70% de la population vit avec moins d’un dollar par jour. Dans un entretient avec Idriss Fall, notre correspondant à Lagos, Eric Babjide, a fait état des difficultés que rencontrent les Nigérians dans la vie de tous les jours, notamment les fréquentes pannes d’électricité qui contraignent beaucoup de compagnies et d’institutions nigérianes à recourir à des groupes electrogènes.

Qu’à cela ne tienne, certains responsables nigérians pensent que ce programme spatial national peut être un outil efficace pour le développement socio-économique du pays. C’est en 2003 que le Nigeria a lancé son premier satellite, devenant le second pays d’Afrique subsaharienne à se doter de cette technologie après l’Afrique du sud. Un satellite de télécommunications permettant aux villages les plus reculés d’avoir accès à l’Internet sera lancé en 2007.

Le lancement d’un second satellite d’observation est prévu pour 2009. Celui-ci va surveiller les ressources forestières du Nigeria et les oléoducs, mais aussi des catastrophes naturelles telles que les incendies et les inondations. Ce satellite permettra d’améliorer certaines pratiques agricoles dans le pays. Robert Boroffice, directeur de l'Agence nationale pour le développement de la recherche spatiale (NERDA) basé à Abuja, et ancien professeur de biologie, estime que ce programme est un succès.

« Nous sommes capables de lancer un satellite d’observation de la Terre. Les images recueillies sont utilisées dans le cadre de projets nationaux. Nous les vendons également, dans le monde entier, un peu en Afrique mais surtout en Europe et en Amérique. Notre agence spatiale a été reconnue comme le numéro 1 en Afrique. Plusieurs organisations internationales, notamment les Nations Unies, nous ont déjà contacté pour nous inviter à représenter les intérêts du continent africain, » a expliqué M. Boroffice.

Récemment, le Nigeria présenté les grandes lignes d’un programme visant à envoyer des hommes sur la lune, d’ici à 2030. « Nous formons des gens ; un de nos experts est en Italie où il prépare une maîtrise en GPS ou systèmes de positionnement à l’échelle mondiale... Nous collaborons avec d’autres organisations dans lesquelles nous formons notre personnel, même en marketing. Nous avons une capacité de programme très avancée car pour nous, ces programmes doivent être durables, » a confié Robert Boroffice.

Le rêve du Nigeria de tirer une part substantielle de revenus de son programme spatial semble déjà se réaliser: Une société arabe a signé un contrat de 250 millions de dollars pour utiliser le satellite nigérian de télécommunications. Pour le professeur Boroffice, la technologie spatiale peut sortir le Nigeria de la pauvreté en faisant office de catalyseur pour la transformation socio économique du pays.

XS
SM
MD
LG