Liens d'accessibilité

Gabon: Un pays riche qui se veut pauvre


Le Gabon, pays à revenus intermédiaires, cherche à convaincre le Fonds monétaire international et la Banque mondiale qu’il est, en fait, un pays pauvre, et donc éligible aux initiatives de remise de dettes. Après l’échec de ses efforts diplomatiques dans ce sens, le président gabonais Omar Bongo Ondimba, envisage d’accueillir, à Libreville, une conférence réunissant les 16 pays africains à revenus intermédiaires pour faire front commun face aux institutions de Bretton Woods.

Dans une interview accordée à Lamia Gritli, l’économiste gabonais Jean-Valentin Néyama de Libreville, explique qu’il y a un paradoxe à la base de cette situation : Le revenu par tête du Gabon le classe parmi les pays riches, alors que, selon les indicateurs sociaux, 60 pour 100 de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Ce paradoxe s’explique par un problème de gouvernance, a dit M. Néyama, ajoutant que toutes les organisations internationales représentées à Libreville constatent que le pays est mal géré.

La bonne gestion constitue la seule solution, a dit l’économiste gabonais, citant les cas du Cameroun du Congo-Brazzaville qui viennent d’atteindre le point d’achèvement. « Le recours au chantage est une fausse solution à un vrai problème » estime M. Néyama, soulignant que les pays à revenus intermédiaires peuvent aisément accéder aux marchés des capitaux, à condition d’assainir la gestion de leurs finances publiques.

XS
SM
MD
LG