Liens d'accessibilité

Etats-Unis: La diplomatie transformationnelle au service de l’Afrique


La diplomatie transformationnelle est le nom donné par Condoleezza Rice à la politique qu’elle conduit à la tête du département d’Etat américain. Cette politique a fait l’objet, mercredi, d’une conférence à l’université Howard de Washington. Concernant le volet “Afrique” de cette politique, la secrétaire d’état adjointe Jendayi Frazer, qui rentre d’un voyage en RDC , a dit que c’est “une politique de soutien au leadership africain, une politique visant à développer les capacités institutionnelles de l’Afrique.

La diplomatie transformationnelle, c’est coopérer avec les gens, sans se mettre à leur place pour agir,” a expliqué le numéro 1 du département d’état pour l’Afrique. Le sort des Africains préoccupe le président Bush et la secrétaire d’Etat Condoleezza Rice, a déclaré Mme Frazer, soulignant, à titre d’exemple, les efforts de l’administration Bush pour trouver une solution au conflit du Darfour dans l’Ouest du Soudan, a dit Mme Frazer. “Ce dont nous avons besoin en ce moment même, c’est que le gouvernement du Soudan reconnaisse son intérêt à mettre fin au conflit du Darfour en négociant un accord de paix à Abuja,” a indiqué le chef du bureau Afrique du département d’état.

Concernant la crise au Tchad, où le président Idriss Deby Itno est déterminé à organiser des présidentielles le 3 mai, malgré les attaques rebelles, la secrétaire d’état adjointe pour l’Afrique estime que “le président Déby doit entrer en contact avec l’opposition et travailler avec elle. C’est l’un des volets du conflit. Mais il y aussi un conflit inter-état entre le Soudan et le Tchad, qui soutiennent chacun des rebelles sur le territoire du voisin. ”

Au titre des succès remportés par la diplomatie transformationelle des Etats-Unis, Jendayi Frazer a cité l’accord de paix entre Khartoum et les ex-rebelles du Soudan méridional qui a débouché sur la formation d’un gouvernment soudanais d’unité nationale. Elle a mentionné également les présidentielles au Libéria qui ont conduit à l’investiture d’Ellen JohnsonSirleaf, la première femme élue démocratiquement à la tête d’un pays africain.

Jendayi Frazer a saisi l’occcasion pour répondre à ceux qui reprochent à Washington son silence face au débat sur le troisième mandat d’Oluségun Obasanjo au Nigéria. “Notre politique est claire, dit-elle.. Il faut respecter la limitation des mandats prévue par les constitutions.. Cela dit, on peut aussi apporter tout changement jugé utile et conforme aux exigences de l’état de droit , a-t-elle ajouté car chaque pays doit assumer à la fois son histoire et la responsabilité de son avenir.” Jendayi Frazer a expliqué que les Etats-Unis n’ont pas toujours eu de limitation de mandat et que la Grande-Bretagne n’en a pas. Ce qui est bon dans un contexte donné, dit-elle, ne l’est pas forcément dans un autre.

XS
SM
MD
LG