Liens d'accessibilité

Sénégal: Les interpellations de leaders de l’opposition préoccupent la RADDHO


Au Sénégal, la Division des investigations criminelles (DIC) prend des allures de police politique selon certains observateurs. Après les multiples convocations de l’opposant Amath Dansokho, Jean-Paul Diaz, ancien compagnon de route du président Wade, a été interpellé le vendredi saint, au sortir de l’église, avant d’être relâché.

Avant lui, l’opposant Ibrahima Sène, les partisans de l’anciens Premier ministre Idrissa Seck, le journaliste Abdou Latif Coulibaly et le cinéaste Gaye Ramaka sont tous passés par la DIC. Cette situation inquiète le secrétaire exécutif de la Rencontre africaine la défense des droits de l’Homme (RADDHO) Alioune Tine.

« Nous avons l’impression qu’on a, aujourd’hui, une police des idées parce que, pour des questions qu’on peut vider par un bon débat contradictoire, où chacun peut donner ses opinions franchement, ils convoquent les gens à la DIC, les interrogent, et ça crée de plus en plus des préoccupations auprès des populations sénégalaises qui ne sont plus habituées à ce genre de choses» a déclaré M. Tine dans une interview accordée à Idriss Fall.

Le secrétaire exécutif de le RADDHO, qui note une sorte de « régression politique au Sénégal » a appelé au « dialogue politique entre le pouvoir et l’opposition, de manière à mettre un terme à la surenchère, à l’escalade politique et également à ces arrestations tous azimuts d’hommes politiques qui, franchement, ternissent l’image du pays et préoccupent la plupart des démocrates sénégalais aujourd’hui. »

XS
SM
MD
LG