Liens d'accessibilité

Tchad: N’Djaména de nouveau calme


Les autorités tchadiennes affirment avoir brisé l’assaut, sur N’Djaména, des rebelles du Front uni pour le changement (FUC) après plusieurs heures d’intenses combats, dans la nuit de mercredi à jeudi. « Les rebelles ont été anéantis totalement, » a déclaré le ministre tchadien de la Défense, Bichara Issa Jadallah, contacté à Abéché, dans l’Est du pays, par Lamia Gritli. M. Jadallah a fait état de plus de 200 prisonniers et de nombreux morts dans le camp adverse. Affirmant que le Tchad n’a pas besoin du soutien de la France « pour le moment » le ministre tchadien de la Défense a affirmé que les rebelles « sont armés, habillés, nourris, entraînés par le Soudan. »

De leur côté, les rebelles du FUC insistent qu’ils ont toujours l’intention de prendre N’Djaména. Dans une interview accordée à Lamia Gritli, Abdoulaye Abdelkarim, membre du bureau politique du FUC, a expliqué que son mouvement compte mettre en place un comité de salut national, organiser un forum national suivi d’une période de transition et d’élections libres auxquelles le FUC ne prendra pas part. M. Abdelkarim a réitéré les accusations des rebelles selon lesquelles l’aviation française a bombardé leurs positions à Adré.

Jean-François Bureau, porte-parole du ministère français de la Défense, a démenti ces accusations. Aucun avion ou unité française au sol n’est partie prenante aux combats, a-t-il déclaré dans une interview accordée à Lamia Gritli. Le porte-parole de la Défense française a souligné que l’aide de l’armée française aux troupes tchadiennes se limite à la logistique et aux renseignements, dans le cadre des accords militaires entre Paris et N’Djaména.

Face à cette dégradation de la situation, la société civile tchadienne renouvelle ses appels au dialogue. « Nous disons qu’il faut que les belligérants observent un cessez-le-feu général sur toute l’étendue du territoire nationale et que le dialogue national se mette rapidement en place pour engager le Tchad dans une transition pacifique, » a déclaré Delphine Kemneloum Djiraibé, coordinatrice du Comité d’appel à la paix et à la réconciliation. Mme Djiraibé a déploré le fait que le gouvernement s’obstine à aller aux élections dans les conditions actuelles.

Francois Mekonbé, auditeur de la Voix de l’Amérique contacté par Ferdinand Ferella, a assuré, de son côté, que le calme est revenu à N’Djaména, notant que, dans la journée, l’administration et boutiques étaient restées fermées. Cependant, la population redoute une autre attaque des rebelles, a-t-il dit.

XS
SM
MD
LG