Liens d'accessibilité

Etats-Unis: le président Bush dément tout plan d’attaque contre l’Iran


La controverse au sujet du programme nucléaire iranien a connu un rebondissement ces derniers jours avec les assertions de médias américains selon lesquelles l’administration Bush élabore des plans de possibles frappes aériennes contre l’Iran.

Dans son édition dominicale, le Washington Post a écrit que l’étude, par le Pentagone, de différentes options militaires contre l’Iran rentre dans le cadre d’une diplomatie coercitive. De son côté, le Magazine The New Yorker affirme que l’administration Bush a intensifié les opérations clandestines en Iran pour préparer d’éventuelles frappes aériennes contre les installations nucléaires iraniennes.

S’adressant à des étudiants hier, ici à Washington, le président Bush a qualifié ces allégations de « spéculations fantaisistes.> « La doctrine de la prévention, c’est d’œuvrer ensemble pour empêcher les Iraniens de se doter de l’arme nucléaire, » a déclaré le chef de l’exécutif américain.

Chantal de Jonge Oudraat, chercheur au Centre de recherche transatlantique de l’université Johns Hopkins, pense qu’une frappe contre l’Iran aurait de graves répercussions au plan international. La jugeant peu probable, Mme Jonge Oudraat a toutefois souligné que la même chose se disait de la guerre en Irak avant l’invasion américaine.

Pour Kenneth Weinstein du Hudson Institute ici à Washington, un plan de frappes américaines contre l’Iran est tout à fait concevable dans le contexte actuel. Selon diverses sources, l’Iran est très avancé dans son programme nucléaire, a dit M. Weinstein, expliquant que, cette fois-ci, les Etats-Unis ont pris la peine de mettre tous leurs alliés de leur côté.

XS
SM
MD
LG