Liens d'accessibilité

Etats-Unis: le président Bush s’exprime au sujet des informations secrètes sur l’Irak


Le président George Bush a réagi, pour la première fois, aux allégations selon lesquelles il aurait autorisé la diffusion d’informations secrètes concernant l’Irak pour justifier la guerre contre Saddam Hussein.

S’exprimant lundi, devant des étudiants, ici à Washington, le président Bush a reconnu qu’il avait bien autorisé le déclassement de ces informations. « Après l’invasion de l’Irak, les Américains se demandaient sur quoi je me fondais pour faire des déclarations sur les armes de destruction massive de Saddam Hussein, » a-t-il expliqué. « Je voulais que les gens sachent la vérité, » a déclaré le chef de l’exécutif américain.

M. Bush fait l’objet de vives pressions depuis jeudi dernier, suite à la publication, par le procureur spécial Patrick Fitzgerald, d’un document judiciaire sur l’affaire Valérie Plame. Ce document laisse penser que le président américain a autorisé des fuites de documents secrets à la presse pour défendre sa décision d’attaquer l’Irak. Les informations avaient été données aux journalistes, notamment par l’ancien directeur de cabinet du vice-président Dick Cheney, Lewis Libby. Ce dernier est inculpé d’obstruction à la justice, de parjure et de faux témoignage dans l’affaire Plame.

Dimanche, un influent leader républicain au Congrès, le sénateur Arlen Specter, président de la Commission judiciaire du sénat, a dit qu’il faut que M. Bush s’explique. « Nous devons éclaircir cette affaire pour que le peuple américain puisse l’évaluer, » avait déclaré M. Specter, en faisant valoir que le président américain a, de toute façon, le pouvoir de déclasser des informations secrètes. Le porte-parole de la Maison Blanche, Scott McClellan, avait déjà fait la distinction entre déclassement et fuite.

Ses explications et celles du président Bush sont loin de convaincre le démocrate John Kerry, adversaire de M. Bush à l’élection présidentielle de 2004. « Il ne s’agissait pas d’un déclassement visant vraiment à éduquer l’Amérique, mais plutôt à la tromper, » a déclaré le sénateur Kerry à la chaîne de télévision NBC.

Les détracteurs de l’administration Bush accusent M. Libby d’avoir identifié l’ancienne agente de la CIA Valérie Plame afin de discréditer son époux, l’ambassadeur John Wilson, un critique de la politique irakienne de M. Bush. M. Wilson a réclamé, ce weekend, la publication des dépositions du président Bush et du vice président Dick Cheney dans l’enquête sur l’affaire Plame.

XS
SM
MD
LG