Liens d'accessibilité

Congo-Brazzaville: Bitsangu appelle à une médiation américaine


Au Congo-Brazzaville, le pasteur Frédéric Bitsangu, alias Ntumi, ex-chef rebelle et président du Conseil national de résistance (CNR) accuse le gouvernement de n’avoir pas honoré ses engagements. Bitsangu, qui est retranché dans la région du Pool, cite, entre autres, la question de son statut particulier, la non-implication du CNR dans le processus électoral alors que des élections législatives sont prévues l’année prochaine.

Dans un entretien téléphonique, mardi, avec Ferdinand Ferella, Ntumi a appelé la communauté internationale, et particulièrement les Etats-Unis, à intervenir, à faire pression pour que les deux parties parviennent à un compromis politique. « Il faudrait que le désarmement se fasse devant les Etats-Unis, parce que quand nous allons parler des problèmes de désarmement, c’est évident que nous puissions également exposer les problèmes de fonds» a-t-il expliqué. I

nterrogé sur par Ferdinand Ferella sur la position du gouvernement, le ministre congolais de la Communication, Alain Akaoula, a affirmé que le CNR est déjà impliqué dans les institutions congolaises. Selon le ministre, Bitsangu compte des représentants au sein de deux structures stratégiques, à savoir le Comité ad hoc de suivi des engagements croisés de mars 2003 et le Haut commissariat à la réinsertion des ex-combattants.

Par ailleurs, a dit M. Akouala, le leader du CNR a pris des engagements pour le désarmement dans la région du Pool, suivi d’une destruction des armées collectées. Un chronogramme « précis » prévoit qu’après le désarmement, M. Bitsangu devait se porter candidat aux législatives partielles dans le Pool, ce qui en cas d’élection lui confèrerait un statut, a souligné le ministre congolais de la Communication.

XS
SM
MD
LG