Liens d'accessibilité

Irak: Le président Bush optimiste au 3e anniversaire du début de la guerre


Il y a trois ans, le 19 mars 2003, les troupes américaines lançaient la campagne militaire qui allait chasser Saddam Hussein du pouvoir. Alors qu’elles entament leur quatrième année de présence en Irak, le président George W. Bush fait état de signes concrets de progrès malgré le scepticisme de ses compatriotes. Dans l’espoir de persuader les Américains à continuer de soutenir sa politique irakienne, le chef de l’exécutif a entamé une nouvelle campagne d’explication.

S’exprimant lundi, à Cleveland, dans l’Etat de l’Ohio, M. Bush a cité le cas de la ville irakienne de Tal Afar. Autrefois centre des opérations d’al-Kaida, cette ville, aujourd’hui libérée par les forces coalisées, est un motif d’espoir d’un Irak libre, a-t-il affirmé. Le leader américain a reconnu que le progrès, sous l’occupation américaine, a été inégal. Cependant, il a souligné que les bonnes nouvelles sont plus courantes en Irak que ne le pensent les Américains qui voient chaque jour les sanglantes images diffusées par les télévisions ou publiées par les journaux. Selon les derniers sondages d’opinion, le soutien à la guerre en Irak est à son point le plus bas ici aux Etats-Unis.

Dans une interview accordée à Nelly Daynac, Ken Weinstein, chercheur au Hudson Institute de Washington, a expliqué qu’au plan militaire, la formation des forces irakiennes de sécurité va mieux qu’on ne l’espérait. Par contre, au plan politique, les institutions irakiennes tardent à se mettrent en place, du fait notamment des craintes des sunnites qui rejettent le nouvel ordre politique. « La seule solution est de convaincre les Irakiens qu’Ils n’ont pas besoin de guerre civile » a dit Weinstein, ajoutant qu’il faudra poursuivre la formation des forces irakiennes, restaurer l’ordre et ensuite penser à un retrait.

Plus pessimiste, le professeur Jean-Pierre Deriennic de l’Université Laval au Québec estime qu’aucun progrès n’a été accompli en Irak depuis 2003. Malgré les deux élections de l’an dernier, où la participation était meilleure qu’on ne l’espérait, la situation reste catastrophique, a-t-il dit. Selon le professeur Deriennic, l’Irak est plongé dans une guerre civile depuis le début de la campagne militaire américaine.

XS
SM
MD
LG