Liens d'accessibilité

Tendances démographiques : Les mégapoles, fardeau des pays en développement


On recense 20 mégapoles à travers le monde, c’est-à-dire des centres urbains de plus de 10 millions d’habitants. La majorité de ces centres sont situés dans des pays en développement, ce qui exacerbe leurs problèmes La gare de train de Bombay est, pour bien des experts, le symbole de l’explosion démographique en Inde. Dans cette agglomération de plus de 10 millions d’habitants, six millions de personnes empruntent le train pour leurs déplacements quotidiens.

Les facteurs qui attirent les gens vers les villes restent les mêmes: de meilleurs emplois, une meilleure éducation, en d’autres mots, de meilleures chances de réussite qu’en campagne. Cependant, l’afflux de nouveaux venus exerce des pressions insupportables sur l’infrastructure urbaine. Ainsi, à Bombay, nombreux sont les nouveaux citadins déçus, n’ayant trouvé ni emploi, ni logis décent en ville. D’après la Banque Mondiale, plus de la moitié des 15 millions d’habitants de Bombay vivent dans des taudis. Mis à part Bombay, Tokyo au Japon et Lagos au Nigeria sont les autres mégapoles qui croissent le plus rapidement.

En fait, comparé à Lagos, Bombay n’est pas mal loti, estime l’urbaniste indien Edgar Ribeiro. « Si l’on compare ces trois villes, on peut dire que l’infrastructure de Lagos est tellement fragile que cette métropole ne peut pas s’adapter à son taux de croissance, et c’est déjà un désastre» explique-t-il. Outre les questions d’infrastructure, les mégapoles posent aussi des défis au plan de l’écologie. Les embouteillages de Bangkok en Thaïlande sont légendaires, et dégagent dans l’atmosphère une incroyable quantité de gaz nocifs. A cela viennent s’ajouter les émissions de gaz des climatiseurs et des usines d’électricité.

On retrouve à Bangkok les mêmes problèmes qu’ailleurs dans d’autres pays émergents: les menaces à la santé, la dégradation des voies d’eau, des forêts, des zones côtières, les changements climatiques et la perte de la biodiversité. Dans son dernier rapport sur les Perspectives de l’environnement mondial, le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) avertit que les deux-tiers des écosystèmes de la planète sont menacés. Tel est le prix du développement sur une planète surpeuplée, fait valoir Nick Nuttall, porte-parole du PNUE.

XS
SM
MD
LG