Liens d'accessibilité

Etats-Unis:  Dubai Ports World renonce à gérer des ports américains


La tentative d’acquisition de plusieurs terminaux portuaires américains par la compagnie arabe Dubai Ports World a provoqué un tollé aux Etats-Unis. Jeudi, cette entreprise appartenant au gouvernement des Emirats arabes unis a dû renoncer à prendre le contrôle de ces terminaux. Son retrait intervient après des semaines de protestations, au Congrès, par des législateurs républicains et démocrates inquiets des possibles répercussions d’une telle transaction sur la sécurité des ports du pays.

Dubai Ports World cherche donc maintenant un acquéreur américain pour se débarrasser de ces colis encombrants. « Jamais le gouvernement américain n’aurait donné son feu vert à l’acquisition de terminaux portuaires américains par Dubai Ports World si la transaction menaçait la sécurité des Etats-Unis » fait-on savoir au sein de l’administration Bush. Le président George Bush s’est exprimé sur cette controverse vendredi à Washington. « Je suis préoccupé par le message global que cette affaire pourrait transmettre à nos amis et alliés dans le monde, particulièrement au Moyen-Orient. Pour gagner la guerre contre le terrorisme, nous devons renforcer nos relations et nos liens d’amitié avec les pays arabes modérés du Moyen-Orient, » a souligné le chef de l’exécutif américain.

Cependant, tous les sondages d’opinion sur la controverse montrent qu’une majorité écrasante du public aux Etats-Unis est vivement opposée à un contrôle de terminaux portuaires américains par une compagnie arabe, même appartenant au gouvernement des Emirats Arabes Unis. Malgré la capitulation de Dubai Ports Worlds, les adversaires de la transaction maintiennent la pression au Congrès. «Tout dépendra des détails de la marche arrière de Dubai Ports World. Nous devons nous assurer que toutes les opérations dans les terminaux portuaires américains ne sont plus sous le contrôle de Dubai Ports World et des Emirats arabes unis, a souligné le sénateur démocrate de New-York Charles Schumer. Cette controverse préoccupe le monde des affaires. La chambre de commerce des Etats-Unis craint qu’elle n’affecte négativement la capacité du pays d’attirer des investissements étrangers. Toutefois, au bureau du représentant des Etats-Unis pour le Commerce extérieur, on se veut serein.

XS
SM
MD
LG