Liens d'accessibilité

Ouganda: l’opposition intimidée selon Human Rights Watch


Deux personnes ont été tuées et quatre autres blessées quand la police a ouvert le feu, mardi, lors d’un rassemblement de l’opposition près de Kampala, la capitale. L’incident a eu lieu dans la banlieue de Mengo où le principal chef de l’opposition, Kizza Besigye, s’entretenait avec des leaders de différentes ethnies.

M Besigye, candidat de l’opposition à l’élection présidentielle du 23 février, n’a pas été blessé. Il est le principal rival du président sortant Yoweri Museveni. Entre temps, le groupe de défense des droits de l’Homme « Human Rights Watch » a publié un rapport accusant le gouvernement ougandais d’intimidation de l’opposition à une semaine de la présidentielle.

I nterrogé par Ferdinand Ferella, Lance Lattig, porte-parole de Human Rights Watch à New York, a fait état de « harcèlement » des membres de l’opposition par le gouvernement. Par ailleurs, pour leur campagne électorale, ces derniers n’ont droit qu’à 1/6 de temps d’antenne sur la chaîne de télévision publique par rapport aux membres du parti de Museveni.

L’opposant Kizza Besigye est actuellement jugé pour viol et trahison. En réaction au rapport de Human Rights Watch, un porte-parole du gouvernement ougandais a dit que le document repose sur des ragots et des rumeurs.

XS
SM
MD
LG