Liens d'accessibilité

Un discours optimiste du président Bush sur l’état de l’Union


D’entrée de jeu, le président Bush a rendu hommage à Mme Coretta Scott King, veuve du révérend Martin Luther King:

“Aujourd’hui, notre pays vient de perdre une personne aimée de tous, une femme gracieuse et courageuse qui a appelé l’Amérique à être fidèle aux idéaux de ses fondateurs, et qui a poursuivi un noble rêve. Ce soir, nous sommes réconfortés par l’espoir d’une heureuse réunion avec l’époux qui lui a été enlevé il y a si longtemps et nous sommes reconnaissants pour la vie exemplaire qu’a menée Coretta Scott King”.

Le chef de l’exécutif a appelé les Américains des deux partis à oeuvrer ensemble pour résoudre les problêmes du pays et soutenir les troupes américaines.

Il a mis en garde ses compatriotes contre le repli sur soi. “Nous ne pouvons pas assurer notre sécurité en nous enfermant dans nos frontières,” a dit M. Bush, en se félicitant des avancées de la démocratie dans le monde sous la houlette des Etats-Unis: “Avec des femmes s’alignant pour voter en Afghanistan, et des millions d’Irakiens marquant leur liberté d’une encre violette, au début de 2006, plus de la moitié des habitants de notre planète vivent dans des pays démocratiques; et nous n’oublions pas l’autre moitié, dans des pays comme la Syrie, la Birmanie, le Zimbabwé, la Corée du Nord, et l’Iran car les exigences de la justice et la paix de ce monde demandent leur liberté également.”

S’adressant spécifiquement au peuple iranien, M. Bush l’a assuré du respect du peuple américain, soulignant l’espoir que l’avèvenement de la liberté et de la démocratie en Iran permettra le renforcement de l’amitié entre les deux pays. Le chef de l’exécutif américain a dénoncé l’islam radical, une perversion d’une noble foi, a-t-il affirmé.

M. Bush a souligné sa détermination à poursuivre la lutte contre le terrorisme à l’extérieur comme à l’intérieur, justifiant sa décision d’autoriser des écoutes téléphoniques sans mandat judiciaire: “Partant des pouvoirs qui me sont conférés par la constitution, j’ai autorisé un programme d’écoute, aux Etats-Unis, des communications internationales de membres présumés d’Al-Qaida. Les précédents présidents ont usé des mêmes pouvoirs que les miens et les tribunaux fédéraux l’ont approuvé. Ceux des membres du Congrès qui doivent en être informés l’ont été. Le programme de surveillance anti-terroriste a permis de prévenir des attaques terroristes.”

Sur le front intérieur, le président Bush a appelé le congrès à mettre sur pied un commission pour la réforme du système des pensions. Il a lancé diverses initiatives dont celle visant à améliorer la recherche scientifique ainsi que l’enseignement des sciences et des mathématiques aux Etats-Unis. Une formation de pointe des travailleurs américains permettra à l’économie américaine de demeurer compétitive, a déclaré M. Bush.

Le président des Etats-Unis a accordé une attention particulière à la flambée des coûts de l’énergie et son incidence négative sur l’économie américaine: L’Amérique souffre d’une dépendance à l’égard du pétrole souvent importé de régions instables du monde. Le meilleur moyen de briser cette dépendance est l’utilisation des technologies. Depuis 2001, nous avons investi plus de 10 milliards de dollars dans le dévelopement de sources d’énergies plus propres, moins onéreuses et plus sures et nous sommes à l’aube d’incroyables avancées dans ce domaine”, a souligné le chef de l’exécutif américain.

Un des thèmes majeurs du discours sur l’état de l’Union du président Bush aura été le rejet de l’isolationniste tant économique que politique, une position qui est dictée par la réalité des récentes années, nous explique Herman Cohen, ancien secrétaire d’etat adjoint américain chargé des Affaires africaines.

Par ailleurs, pour une analyse de ce discours, Henry Francisque a joint le professeur Lansiné Kaba de l’Université Brandeis à Boston.

XS
SM
MD
LG