Liens d'accessibilité

Tchad: des jeunes “délinquants” envoyés au front ou en détention?


Dans une interview accordée à Lamia Gritli, Lazare Djekourninga, vice-président de l’ATPDH, a fait savoir que près d’un millier de jeunes arrêtés au cours de rafles nocturnes seraient envoyés en formation puis enrollés dans l’armée contre leur gré. M.Djekourninga dénonce cet acte qui, selon lui, fait de ces jeunes de la “chair à canon”.

L’ATPDH a déjà été reçue par le ministère de Défense des droits de l’homme, et a pu obtenir la libération de certains jeunes. Néanmoins, la majorité reste encore en détention, a déploré M.Djekourninga.

Du côté du gouvernement, le ministre tchadien des droits de l’Homme Abderahmane Djasnabaille a rejetté absolument les allégations et a déclaré à la VOA que ces jeunes qui ont plus de 18 ans, ont agressé des femmes dans les rues de N’Djamena. la police les a interpellé et mis en détention.

Aucun n’a été enrollé dans l’armée, affirme M. Djasnabaille. 300 jeunes exactement, sont des jeunes “délinquants” appelés “Colombiens” à l’image des jeunes colombiens consommateurs de drogue livrés à eux-mêmes. Ils sont interpellés par la police puis mis en détention. Pour M. Djasnabaille, c’est juste une façon de ternir l’image du Tchad.

XS
SM
MD
LG