Liens d'accessibilité

Corruption aux Etats-Unis: Jack Abramoff, influent lobbyiste est passé aux aveux

  • Nathalie Barge

Jack Abramoff est passé aux aveux. Jack Abramoff, c’est le puissant “lobbyist“ qui a plaidé “coupable” mardi devant le juge. Il est notamment accusé de fraude et d’évasion fiscale, dans le cadre d’une enquête sur une affaire de trafic d’influence dans les milieux politiques à Washington.

Dans ces conditions, on peut s’attendre à ce qu’Abramoff coopère avec les autorités fédérales et ses révélations pourraient entraîner l’implication de membres du congrès. Pour se faire une idée de l’influence dont disposait jadis Jack Abramoff, à Washington, il suffit de rappeler que depuis l’an 2000, lui et ses associés ont contribué à hauteur de plus de 4 millions de dollars à la campagne de près de 300 hommes politiques. D’où venait cet argent?

Eh bien, Abramoff s’était enrichi quand il représentait les intérêts des tribus indiennes qui cherchaient à construire des casinos et pour cela, il leur fallait s’attirer les bonnes grâces du congrès. L’enquête de la justice a commencé quand la presse a découvert qu’Abramoff avait accepté de l’argent de plusieurs tribus qui se faisaient concurrence pour le même pactole. En l’espace de trois ans, Jack Abramoff et son principal associé, Michael Scanlon auraient ainsi perçu environ 80 millions de dollars.

Ancien procureur fédéral, Mélanie Sloan nous dit pourquoi certains parlementaires sont plutôt mal à l’aise, depuis qu’Abramoff est passé aux aveux:

“Je pense que lorsque cette affaire sera parvenue à son dénouement, on va se retrouver face à l’un des plus gros scandales dans les annales du congrés“ affirme Melanie Sloan.

Le juge d’instruction s’efforce de déterminer si Abramoff à cherché à obtenir des faveurs de la classe politique, en échange d’un emploi, de cadeaux comme l’accès à de bonnes places pour des matchs de football ou de basket, ou encore de repas dans les deux restaurants qu’il possédait, sans parler d’invitations à aller faire un petit voyage en Ecosse, pour y jouer au golf.

Donner de l’argent à la campagne d’un homme politique n’a rien d’illégal, si cela se fait au grand jour. En revanche, on se place dans l’illégalité si de telles contributions sont passées sous silence ou encore si l’on attend des faveurs, en échange.

Fred Wertheimer, qui travaille pour Democracy Twenty-One, un groupe encourageant les vertus civiques à Washington, souligne que les affaires de corruption dans la capitale sont une mauvaise chose pour tout le pays:

"C’est mauvais pour tous les Américains si des membres du congrés se font acheter, s’ils se vendent au plus offrant“ fait valoir Fred Wertheimer.

En échange d’une peine de prison moins sévère, Jack Abramoff pourrait éclabousser la réputation de certains membres du congrés. Analyste politique, Norman Ornstein pense que si Abramoff “plonge” il ne sera pas seul à se retrouver sous les verrous. “Tous ceux qui ont traité avec Abramoff risquent de voir leur réputation ternie, à tout le moins. Certains vont se retrouver marqués à vie et feront de la prison“ estime Norman Ornstein.

Des dizaines de politiciens ont rendu les sommes qu’Abramoff avait données à leur campagne, dans l’espoir de couper tout lien avec lui. Jack Abramoff a reconnu sa culpabilité et accepté de “coopérer“ avec la justice. En échange, il écopera probablement d’une peine moins lourde. Pour les charges retenues contre lui devant la justice fédérale, Abramoff est passible d’un maximum de dix ans.

En Floride, où il a plaidé coupable pour l’achat, dans des conditions illégales, d’un navire de croisière transformé en casino, Jack Abramoff pourrait encourir jusqu’à sept ans de réclusion.

XS
SM
MD
LG