Liens d'accessibilité

Moustapha Kadi dénonce l’esclavage au Niger


Et voilà qu’on reparle de “l’esclavage traditionnel” au Niger. En 2005, l’écrivain Moustapha Kadi est scandalisé et écrit “Tabous brisés”, un ouvrage publié en novembre chez l’Harmattan.

Ce type d’esclavage, précise l’écrivain nigérien, consiste à garder des personnes destinées à des tâches domestiques, sans revenu, et sans limite d’heure de servitude. Ces personnes n’ont pas d’acte de naissance, sont illettrées pour la plupart, et sont toutes “noires”, dénonce M. Kadi.

Moustapha Kadi est un des coordinateurs de la coalition “égalité-qualité contre la vie chère“. En 2004, le gouvernement nigérien avait voté une loi pour interdire cette pratique mais elle est loin d’être respectée. “Toutes les sociétés nigériennes sont des sociétés esclavagistes , affirme M. Kadi, que ce soient les Arabes, les Hausa ou les Peulhs ou Foulbe”.

Lors de sa récente visite aux Etats-Unis, le président nigérien Mamadou Tandja avait déclaré que l’esclavage au Niger n’existait pas, ce que l’écrivain Mamadou Kadi dénonce. La réalité dans le pays, dit-il, est tout autre.

XS
SM
MD
LG