Liens d'accessibilité

Burundi: la situation des droits humains préoccupante selon Human Rights Watch


« Faux pas dans un moment crucial » tel est le titre du récent rapport de Human Rights Watch sur les violations des droits humains au Burundi. Ce rapport pointe du doigt à la fois le nouveau pouvoir burundais et le PalipeHutu-FNL, dernier groupe rebelle encore en activité au Burundi.

Alyson Desforges, conseillère à la division Afrique de Human Rights Watch explique que l’ONG avait été très encouragée par les déclarations du nouveau gouvernement burundais. Human Rights Watch estime maintenant que certaines autorités se rendent coupables d’abus à l’encontre de populations civiles du fait de la situation militaire.

Il faut insister, au début de ce régime, sur la nécessité de respecter les lois, a dit Mme Desforges qui a lancé un appel au gouvernement, mais aussi aux rebelles qui, selon elle, se sont , eux aussi, coupables de tels abus. Le parti FRODEBU fait état, de son côté, de l’arrestation de ses militants par les forces de sécurité qui les accusent de collaborer avec le PalipeHutu-FNL.

Euphrazie Nibigira du FRODEBU affirme que les plus menacés sont les militants ayant animé les récentes campagnes électorales du parti. Le ministre Françoise Ngendahayo en charge de la Solidarité nationale, des Droits de la personne humaine et du Genre, souligne que le gouvernement burundais n’a jamais ordonné la torture de quiconque.

Le Commissaire général de la police nationale burundaise qualifie de son côté le rapport de Human Rights Watch « d’exagération » tout en reconnaissant l’existence de quelques cas de dérapage.

Notre correspondant à Bujumbura, Eric Manirakiza, a consacré un dossier à la situation des droits humains au Burundi.

XS
SM
MD
LG